Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Un voyageur d’affaires cocooné, c’est possible ?


Rendre plus confortable la vie du voyageur d’affaires, voilà qui devrait être au cœur des préoccupations des DRH, travel managers et même acheteurs en charge de la politique voyages de leur entreprise. Malheureusement, les restrictions budgétaires sont passées par là. Alors comment faire ?



Est-il possible d’améliorer les conditions de déplacement des voyageurs d’affaires dans un environnement économique contraint ? Cette discussion au cours du Lounge de DeplacementsPros.com, jeudi dernier, a provoqué des discussions passionnantes… voire passionnées. Entre la nécessité de tenir les coûts et le besoin de répondre à des problématiques humaines, les travel managers présents ont reconnu qu’ils se situaient bien souvent entre le marteau et l’enclume. Du côté des TMC, on souligne que de plus en plus d’industries prennent en compte le besoin de « protéger leurs talents » : des salariés trop pressurés peuvent être tentés de jeter l’éponge voire de partir à la concurrence ! Certaines entreprises font des politiques voyages à plusieurs vitesses. Les voyageurs les plus fréquents, soumis à décalages horaires permanents et longs trajets, peuvent avoir des conditions plus favorables que les autres, voyageurs ponctuels. Une évolution très récente dans l’immobilier peut désormais trouver son parallèle dans le voyage d’affaires : le mètre carré, ce n’est plus un coût, c’est la rentabilité d’un collaborateur. A l’agence, au TM, à l’acheteur de convaincre la hiérarchie de l’entreprise que l’achat est optimisé, mais aussi que le salarié doit l’être aussi, éventuellement par des services ajoutés qui le rassurent ou lui rendent la vie plus confortable. Autrement dit, introduire de l’intelligence dans le déplacement professionnel. Pas gagné, à l’heure des cost-killers.

Annie Fave

PS : Par souci de permettre des échanges libres, axés sur le fond de la question plutôt que le souci de paraître, nous faisons le choix de laisser les propos des uns et des autres totalement anonymes pour ne ressortir que le sens de la discussion. Libre à vous de vous exprimer ou de compléter la discussion dans les commentaires !

Mardi 5 Mars 2013


Notez