Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Un voyageur d'affaires encadré de CRS


Pas banale cette formule: inquiet de sa sécurité, un voyageur d'affaires s'est envolé ce matin accompagné de CRS pour un déplacement à l'étranger. Bon, bien sûr, pas n'importe où mais en terrain sensible: en Libye, pays en guerre civile. Et ce n'est pas n'importe qui, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que de notre Président de la République, Nicolas Sarkozy.



Bien que préparée en secret, l'affaire a été révélée sous la plume de Frédéric Ploquin dans Marianne2 dès mardi 13 septembre. Un voyageur d'affaires accompagné de quelques 80 CRS, voilà qui n'est pas ordinaire, d'autant que cette Compagnie Républicaine de Sécurité n'est a priori jamais sortie des frontières et, que l'on sache, la Libye n'est pas territoire national. Mais bon, une bonne sécurité vaut bien une petite entorse. Les CRS sont invités à embarquer chacun 3 litres d'eau mais à laisser leur uniforme au vestiaire. Pas leurs armes, bien sûr.

L'histoire nous dira sans doute plus tard et dans le détail les contrats ainsi négociés. Pétrole bien sûr, centrale nucléaire peut être - bien que le pays soit plutôt bien placé pour développer l'énergie solaire - métro, train ou transport aérien , puisque les compagnies aériennes piaffent d'impatience ? Il va peut être y avopir de la concurrence puisque le Brtitannique Cameron est également annoncé sur place. En tous cas les voyageurs d'affaires apprécieront sans doute la qualité des gardes du corps. En rêvent ils pour autant ? Rien n'est moins sûr : on dit toujours que les meilleurs contrats se signent dans la discrétion. Mais il est vrai que ce sera vite à eux de jouer, dès que les avions auront repris leurs navettes vers le territoire convoité. Avec ou sans CRS ?

Annie Fave

Mercredi 14 Septembre 2011


Notez


1.Posté par Civis le 15/09/2011 08:22
ce titre est complètement déplacé eu égard à la fonction occupée par ce que vous appelez un VRP et à l'importance politique du fait dont surement beaucoup d'entreprises françaises sauront profiter , du moins je souhaite qu'elles ne resteront pas les 2 pieds dans le même sabot .

2.Posté par Marcel Levy le 15/09/2011 12:38
Bonjour
Comme le disait un proche de l'UMP ce matin, "voila un voyage qui sent le pétrole". Un trait d'humour comparable au nôtre. De là à le qualifier de "déplacé", je vous laisse seul juge même si à la rédaction, nos ne partageons pas votre vision. Un chef d'état est souvent un commercial de luxe d'un pays. C'est une partie de son travail que de représenter l'activité économique de son pays. Par contre, nous sommes d'accord avec vous : il ne faudra pas laisser la place aux autres. Mais là, je fais confiance à nos voyageurs d'affaires.

Cordialement
ML

3.Posté par Garfield le 20/09/2011 16:36
Belle analyse... ;-)

Bien sûr que le président d'une partie des français se déplace en Lybie pour favoriser les entreprises françaises avec de juteux contrats ! Et donc, il se place en simple VRP de luxe, rien de plus, quoi qu'en pense "Civis".

Il est intéressant de constater que les grosses entreprises du CAC40, qui seront les premières servies (si ce ne sont pas les seules...), sont en ce domaine de simples assistées aux crochets de l'Etat, c'est-à-dire des citoyens qui sont tondus par l'impôt. Pour les privilégiés du cercle restreint qui se servent à tous les rateliers, il est normal que l'Etat existe UNIQUEMENT lorsqu'il est là pour les servir ; sinon, l'Etat doit les oublier, surtout lorsqu'il s'agit de contribuer aux charges...