Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Une assemblée générale au BAR


Plus de 55 compagnies étaient présentes à l’Assemblée générale du Bar (Board of Airlines Representatives) qui s’est déroulé ce 25 décembre à Paris. Au menu des travaux, le point sur les grands dossiers du moment comme les taxes aéroportuaires ou le développement du transport aérien en France.



Jean-Pierre Sauvage, le Président du BAR, a rappelé lors de cette A.G. les objectifs de l’association :  représenter, défendre et conseiller les compagnies aériennes membres de l’Association dans tous les domaines de leur activité en France, que ce soit l’exploitation, la sécurité et la sûreté, les droits des passagers, les obligations administratives, mais aussi la gestion ou la fiscalité.

Il estime que la conjoncture est actuellement favorable pour le transport aérien dont les résultats financiers mondiaux estimés pour 2015 sont de 33 milliards de dollars, malgré une érosion régulière des revenus. Autre sujet, la protection des voyageurs : "l’objectif majeur du transport aérien reste la sécurité et la sûreté qui devraient être mieux pris en compte dans les règlements et dans la jurisprudence du droit des consommateurs".

Et d’expliquer: "les juges font trop souvent abstraction de cette particularité du transport aérien et ignorent les contraintes que s’imposent les compagnies et qui leur sont imposées pour assurer la sécurité et la sûreté des vols". Pour Jean Pierre Sauvage, il faut rappeler "Le rôle essentiel et aujourd’hui incontournable du transport aérien dans l’équilibre économique d’un monde globalisé".

BAR France a renouvelé une demande forte de ses membres: "Que les intérêts des compagnies aériennes, dont l’activité est la raison d’être des aéroports, soient pris en compte pour la définition et le coût des services aéroportuaires". L’association a également rappelé, par la voix de son Président, son souhait de voir se créer une véritable autorité de surveillance indépendante (ASI), préalable incontournable "pour obtenir un juste équilibre entre les intérêts des aéroports et les objectifs du transport aérien".