Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels




Mardi 12 Février 2013

Une gare absurde du TGV Est critiquée par la Cour des comptes


Pas encore terminé (c’est pour 2016), la LGV Est est abondamment critiquée par la Cour des Comptes dans son rapport, publié ce 12 février. La raison : les choix très politiques des élus qui, en finançant le projet, en ont alourdi la gestion et la cohérence.



Une gare absurde du TGV Est critiquée par la Cour des comptes
C’est un projet de quelques 5,1 milliards d'euros, dont un quart pour les régions et les départements traversés. Du jamais vu. Qui a engendré quelques dérives, selon la Cour des comptes, puisque «La recherche des co-financements et la compétition entre les collectivités pour l'accès au TGV ont fragilisé le pilotage du projet». Démonstration avec le choix de la gare Lorraine TGV. Initialement située à Vandières (Meurthe-et- Moselle), pour permettre une interconnexion logique avec la ligne TER Metz-Nancy, «Elle a suscité l'opposition de certains élus qui craignaient que la SNCF diminue corrélativement le nombre de dessertes directes de Metz et de Nancy par TGV», explique la Cour. La gare en question est donc située finalement à Cheminot-Louvigny, en rase campagne pourrait-on dire, à 29 kilomètres de Metz et 30 km de Nancy et… 20 kilomètres de Vandières. Avec obligation de recourir à des navettes de bus, dont l'exploitation est déficitaire. Comble de l’absurdité, le site de Vandières n’est pas pour autant totalement abandonné, quelques 23,6 millions d’euros y ont même été investis, pour des « travaux conservatoires ». Et on envisage bien d’y faire un arrêt finalement, ce qui aurait le mérite de faciliter l’interconnexion prévue, et l’inconvénient de rendre l’autre gare obsolète alors qu’elle a coûté 63 millions d’euros ! Le bon sens loin de chez vous… écrit implicitement la Cour des comptes qui suggère, le croirez-vous, d'«exclure l'implantation de gare TGV en rase campagne sans interconnexion avec le réseau de transport régional».
Notez




1.Posté par TchoufTchouf le 13/02/2013 08:30
Il faut le croire car ils sont capables de tout, surtout quand cela nous semble absurde !
Il existe déjà quelques gares politico-TGV de cette sorte...
Dans la Somme, par exemple, la gare "Haute Picardie", autrement appelée localement la gare "aux betteraves" est au milieu de tout, mais proche de rien....

Faut pas les sous estimer !!


2.Posté par PAT le 13/02/2013 09:07
Pour ThcoufTchouf.

L'historique de la gare des betteraves en Haute Picardie est différent. Les politiques l'auraient bien vu à Amiens cette gare. Mais là c'est la Sncf qui ne voulait surtout pas de gare TGV à Amiens. Car sinon la revendication d'une desserte à grande vitesse domicile travail entre la région parisienne et Amiens n'aurait pas manqué d'être rapidement formulée. Or, la Sncf a déjà suffisamment à faire avec Le Mans ou Arras (elle se débrouille d'ailleurs assez bien pour que ça ne prenne pas trop d'ampleur) ! Le TGV est fait pour transporter des voyageurs à 300 ou 500 km, pas à 100 ou 200 km de Paris. Sinon on en fait un instrument non pas d'aménagement mais de déménagement du territoire. Plus simple de ne pas construire de gare au coeur de certaines agglomérations trop proches de la région parisienne. C'est la décision qui avait été prise pour la Haute Picardie.

3.Posté par TchoufTchouf le 13/02/2013 11:32
Att PAT,

Une grande partie des gens qui utilisent cette gare vont a CDG ou Lille...
Ce qui a pour conséquence de doubler les lignes au départ d'Amiens, idem pour le futur projet Amiens-Roissy via Creil.

Vous semblez m'expliquer que la décision d'installer cette gare TGV au milieu des betteraves était logique, sans interventions politiques "absurdes"...
Je reste perplexe, connaissant quelque peu la popote locale ! :)

En attendant, construire une gare TGV dans les champs, a près de 30mns des zones urbaines principales, uniquement accessible en voiture ou grâce a de rares bus, pour finalement réinvestir dans des structures a Amiens et St Quentin, ça ressemble quand même a une "absurdité" non ?





4.Posté par PAT le 13/02/2013 14:25
Je n'ai pas dit que les politiques locaux ne voulaient pas de la gare TGV dans Amiens intra-muros. Mon propos c'était seulement de souligner que les autorités en charge de l'aménagement du territoire ont entendu les arguments de la Sncf et ne l'ont surtout pas voulu ainsi. Et comme ce sont elles qui ont eu le dernier mot, la gare a été implantée dans les betteraves comme on dit.
Notez bien que ces autorités auraient pu en décider autrement. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé en d'autres points du maillage des lignes à grande vitesse et se produira encore (même type de débat à Angoulême où le projet d'une gare bis a été finalement abandonné au profit d'un raccordement).
On peut se prendre à imaginer Amiens si une décision différente avait été prise avec une gare TGV dans la ville. Soit un scénario noir : Amiens cité-dordoir de Paris, c'est celui que d'aucuns ont voulu éviter. Soit un scénario vertueux : Amiens métropole d'équilibre de la région parisienne (voire même de Lille) sur le plan économique. Dans ce type de choix, il ne faut pas se tromper ! Regardez les débats autour du Grand Paris.
Regardez aussi Vendôme-Villiers sur Loir (autre gare des betteraves voulue et revendiquée comme telle puisque dans le projet initial il n'y avait tout simplement pas de gare) : rien de rien. Quelques cadres parisiens ou travaileurs indépendants qui ont sans doute fait exploser le prix local de l'immobilier mais pas une seule entreprise attirée !

5.Posté par Mykel le 13/02/2013 15:56
Bonjour,
Concernant la gare TGV Haute Picardie, et plus largement la LGV Nord, il y a deux choses totalement aberrantes :
- Cette gare TGV n'est pas intégrée dans le maillage ferroviaire existant : alors que quelques kms au Sud, vous avez la gare régionale de Chaulnes, qui aurait pu servir de hub entre les TER réalisant les A/R vers Amiens/St Quentin/Tergnier/Laon, et les TGV Intersecteurs. A la place, cette gare est donc au milieu des champs, certes proche de l'interconnexion entre l'autoroute A1 et A26, et est desservie par des autocars, dont le service est déficitaire depuis leur mise en place. Moi, je dis bravo aux concepteurs !
- Plus généralement, la LGV Nord a été financée par les régions la traversant ; Et à quoi avons-nous le droit ? Quelques TGV Intersecteurs, et surtout aucun train international !!! Les Eurostar et les Thalys traversent la Picardie à 300 km/h ! A l'époque, la liaison Paris - Bruxelles sur la ligne classique via St Quentin a été supprimée au bénéfice du la grande vitesse, mais les picards ont tout perdu car plus aucun train international ne s'arrête dans leur région !!!

Enfin, quand on sait que la SNCF perd de l'argent chaque jour à faire circuler des TGV entre Paris et Lille pour une trop grande majorité d'abonné Forfait, que le matériel qui y circule est un des plus anciens, bref en tant que Picards, je suis outré par l'évolution de l'offre ferroviaire dans ma région (y compris sur ligne classique avec la suppression de plus en plus de roulement avec du matériel Corail très confortable au profit de nouveaux trains TER à 2 niveaux totalement inconfortables, pas de places pour les bagages ni pour les jambes si comme moi vous faites plus d'1m80, et vous êtes à coup sur de tomber malade car la climatisation fonctionne du tonnerre été comme hiver !).



Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1216 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.