Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 14 Janvier 2013

Une taxe pour décongestionner Heathrow et Gatwick



Ce n’est plus un mystère, les aéroports d’Heathrow et Gatwick sont saturés. Nouvelles pistes d’atterrissage, aéroport-île sur la Tamise, allongements des horaires d’activité… Plusieurs pistes sont actuellement à l’étude pour désengorger les installations. Le gouvernement envisagerait une nouvelle alternative : une taxe de congestion pour les deux plates-formes.



Une taxe pour décongestionner Heathrow et Gatwick
Pour lutter contre la saturation de deux plus gros aéroports londoniens, le Royaume-Uni étudie la possibilité d’augmenter la taxe d’Air Passenger Duty sur Heathrow et Gatwick. L’objectif de cette mesure serait d’encourager les passagers à s’envoler d’autres plates-formes.
Selon The Telegraph, le département non-ministériel du gouvernement Her Majesty's Revenue and Customs - chargé de la collecte des taxes - a examiné ce qui se passerait si les voyageurs devaient s’acquitter d’une taxe 50 % supérieure aux autres aéroports du pays, soit par exemple une charge de 32,50 livres pour un vol vers New-York en Eco. Elle a découvert que le nombre de passagers chuterait de 23,1 % en an pour atteindre 18,9 millions de personne pour ensuite augmenter progressivement à 22,3 millions de voyageurs en 2022. Avec un dispositif similaire, le trafic de Gatwick baisserait selon leurs estimations à 12,8 millions de passagers en 2014 (contre 15.1 millions) tandis que ceux des aéroports de Luton, Birmingham et Stansted augmenteraient.
Heathrow prévient des effets négatifs pour le secteur aérien anglais, si ce sujet d’étude devenait une réalité. «Les vols long-courriers qui quitteraient Heathrow à cause des taxes élevés n’iront pas vers d'autres aéroports britanniques - ils iront chez nos concurrents européens comme Paris, Francfort ou Amsterdam. La croissance économique et les accords commerciaux qui viennent avec ces vols seraient alors bénéfiques pour l'Europe, pas au Royaume-Uni».