Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 3 Août 2015

Valls balaye les propositions de Bruno Le Roux sur le dossier ADP



Il n’est pas du genre à étaler ses différents en public, mais le patron du Groupe Socialiste à l’Assemblée Nationale, ne cache pas en privée sa colère face à la décision de Manuel Valls d’accorder à ADP l’autorisation d’augmenter les redevances aéroportuaires de 1% par an en sus de la hausse officielle de l’indice des prix.



© Assemblée Nationale
© Assemblée Nationale
Dans son rapport, Bruno le Roux était clair : il faut impérativement améliorer la compétitivité du pavillon français. La stabilité voire la baisse des redevances était un moyen de le faire ! Première conséquence de cette décision politique, le député socialiste a décidé d’annuler le séminaire prévu, avec la FNAM, sur la compétitivité aérienne prévu en septembre prochain. Un rendez-vous qui était attendu par les transporteurs français qui voulaient ainsi sensibiliser les politiques aux charges qui pèsent sur les compagnies.

Officiellement, le député n’a pas souhaité expliquer les raisons de cette annulation même si en privé, il trouve que le premier Ministre « roule seul ». Et certains députés d’ajouter que Manuel Valls est engagé dans une course à l’Elysée qu’il ne saurait gagner sans le groupe socialiste.

Pour les salariés des compagnies aériennes, cette hausse des redevances va peser sur la compétitivité des transporteurs. Air France a fait remarquer que l’augmentation n’était pas la bienvenue en période de crise concurrentielle. Qu’importe, le Gouvernement avait sans doute besoin d’améliorer les revenus perçus d’ADP. Une vision à court terme qui pourrait coûter des milliers d’emplois ces prochaines années.

Reste que pour des observateurs politique, ce chômage potentiel serait un atout pour Manuel Valls qui a bien entendu le Président de la République affirmer qu’il ne se représenterait pas si le nombre de demandeurs d’emploi n’avait pas baissé d’ici 2017. Une tactique sur le dos des salariés qui pourrait coûter cher aux ambitions politiques du premier Ministre.