Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 3 Novembre 2015

Voici le portrait robot du voyageur d'affaires 2014/2015 dans l'avion



La DGAC a dressé le portrait des passagers 2014-2015 en interrogeant plus de 43 500 voyageurs dans les salles d’embarquement de 15 aéroports de la métropole. L'enquête montre que le profil type du passager est un homme actif qui a entre 26 et 55 ans. En outre, 26% des sondés prennent l'avion pour le travail ou participer à un congrès.



La majorité des passagers sont des hommes (54%) âgés entre 26 et 55 ans (65%). Ils sont, pour plus de la moitié, de nationalité française, mais les résidents dans l'Union Européenne (hors France) constituent au moins 16% des sondés En outre, près de la moitié (49%) appartiennent à des catégories socio-professionnelles favorisées. Si une très grande partie monte dans un avion pour des motifs de loisirs (vacances, achats, événements sportifs ou culturels), 28% le font pour des raisons professionnelles (26% pour le travail ou un congrès et 2% pour les études).

Les passagers voyagent majoritairement seuls (dans 57% des cas) et se montrent plutôt prévoyants, réservant leurs places en moyenne plus de 45 jours à l’avance. Si 66% des sondés les payent de leur poche, 21% volent au frais de leur entreprise. De plus, 3 voyageurs sur 10 adhérent à un programme de fidélité. Toutefois, peu de billets d’avion semblent achetés avec des points fidélité (6%). La durée moyenne des séjours des passagers enquêtés est de 20 jours, avec une dépense moyenne de 1186€ par séjour.

Les voyageurs utilisent principalement la voiture pour se rendre à l'aéroport (42% dont 28% en mode dépose) tandis que les transports en commun ont séduit 28% des sondés. La DGAC remarque également que "Deux modes d’enregistrement coexistent : internet (44%) et le comptoir de la compagnie (43%), encore très utilisé notamment car, dans 68% des cas, des bagages ont été enregistrés". Enfin, 23% des passagers sont en correspondance. Néanmoins, il existe de grandes disparités entre les plates-formes.

L'étude complète est disponible sur ce lien