Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Voyage d'affaires, toutes les odeurs ne sont pas bonnes à dire


C'est une allergie rarement évoquée qui toucherait un nord-Américain sur dix : l'odeur qui émane des parfums portés par un homme ou une femme. Si certains d'entre eux sont effectivement difficiles à supporter, d'autres, plus légers, peuvent titiller les narines et ne pas plaire à un interlocuteur. Pour comprendre ce que le parfum exprime, l'Université du Comportement à Tokyo s'est penchée sur notre relation aux odeurs. Pas moins de 13 000 personnes interrogées en 5 ans dans 67 pays répartis sur les 5 continents.



Oserai-je dire qu'il faut du nez pour analyser les résultats ? Ce serait facile mais pourtant assez proche de la réalité tant les résultats s'opposent. Premier constat, la relation au parfum varie d'un continent à l'autre. En Europe, pour les hommes, le parfum est essentiel à la féminité. Ce que rejettent plus de 80 % des Chinois qui pourtant le découvre depuis une décennie. Dans les pays arabes, le parfum est plutôt réservé aux femmes mures. Il est capiteux et montre une position sociale par la qualité des essences choisies. En Afrique, il est inexistant d'autant que l'on se soucie peu des odeurs corporelles sur un continent où l'eau est rare et précieuse. Mais attention, pas de traduction hâtive : les africains apprécient aussi les parfums forts, issus de produits naturels, mais considèrent qu'il ne se porte qu'en de grandes occasions. Idem pour l'Amérique du sud où l'on découvre que seuls 14 % des hommes se parfument. Une vision partagée aux USA et au Canada où le parfum est principalement réservé aux dames. Et encore, dans des situations sociales bien établies : soirées, manifestations diverses...
Pour une femme, le parfum d'un homme se doit d'être léger et discret. Comme le disait Mylène Farmer, "En règle générale, un blaireau se sent avant même de se voir". Alors que nous apprend encore cette étude ? Que 51 % des personnes interrogées avouent avoir mis plusieurs années à choisir le parfum qui leur convient vraiment. Que plus de 57% affirment ne jamais mettre de parfum pour ne pas gêner les autres. Enfin, 91% des femmes affirment qu'elles pourraient s'en passer. Mais 71% s'en passent au quotidien! Et l'étude de préciser : la séduction quotidienne n'est plus d'actualité dans le monde d'aujourd'hui. Ca sent le vécu !

Pierre Barre

Jeudi 28 Novembre 2013


Notez