Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Voyages d'affaires: pour les meilleurs prix en avion, laissez faire les "pirates" du Web


Officiellement, chez Darjeelin, ce sont des experts qui vous permettent de dénicher le meilleur prix pour un billet d'avion à la date de votre choix. Mais ces experts sont particuliers : ils connaissent toutes les combines pour bien acheter sur le web au meilleur moment et aux meilleurs prix. Des "pirates" honnêtes mais malins, très malins !



Concrètement, l'utilisateur choisit la date de son voyage, précise sa flexibilité pour son déplacement (à deux ou trois jours près), le confort souhaité et la nature des services à bord.
Et qui fait le travail ? 6 experts bien humains qui se "challengent" pour trouver le best buy souhaité. Simple et efficace. La recherche est programmée à trois jours mais peut-être interrompue dès que le client pense avoir trouvé le prix qui lui paraît le meilleur. Combien coûte le service : 20 € pour le client. Quasiment le prix d'une intervention de sa TMC en mode offline. Petit plus, il est possible de stimuler les experts en leur proposant une prime pour la recherche d'un billet complexe.

Pour réussir cet exploit, les "pirates" vont pratiquer le "flight Hacking". Le principe est simple : contrairement à ce que l'on croit, la gestion en ligne de l'offre aérienne n'est pas aussi sécurisée que l'imagine le client. Mais attention, dans notre cas "pirate" ne veut pas dire escroc. Seuls des moyens légaux sont utilisés : depuis l'achat à distance en passant par la gestion des miles du voyageurs, l'optimisation des classes de réservation, la recherche d'itinéraires créatifs ou tout simplement en effectuant la recherche d'un vol à la meilleure heure de la journée. Bref, sur internet trouver le vol le moins cher demande un peu d'habileté et des connaissances informatiques. Au final, le résultat est là : sur un vol long courrier entre la France et les USA, le prix moyen d'une business peut être divisé par deux. Comment ? Via l'optimisation des brokers présents sur le marché. Bien sur, le site est encore jeune et doit se perfectionner. Mais d'ores et déjà, il tourne bien. Parole de voyageuse.

Hélène Retout

Jeudi 6 Juin 2013


Notez


1.Posté par Philo27 le 07/06/2013 08:34
Euh ... ce n'est pas nouveau c'est le rôle de tout bon agent de voyages... De là a écrire que vous allez divisez par 2 les prix c'est soit ne pas connaitre la realité des déplacements des voyageurs d'affaires, soit juste un petit mensonge par omission d'écirre que le voyageur d'affaires à des contraintes.. Maintenant les entreprises font très attention à leur budget de voyages et deviennent des best buyer..déclassement, tarif le moins chers, classe affaire oui mais évitons de passer trop de temps en transit pour minimiser le prix, ah oui j'oubliais les cartes de fidélités c'est un moyen de fidéliser le voyageurs... alors vouloir écrire que vous allez en plus diviser la facture par 2 c'est juste un peu mensongé surtout a qualité de voyages équivalent...
Arrétez de jouer aux apprentis agent de voyages, vous n'en avez pas les compétences et les qualités...

Parole d'un spécialiste du voyages d'affaires ...

2.Posté par Marcel Levy le 07/06/2013 19:06
Bonjour
Des spécialistes de la spécialité nous en croisons tous les jours. Et le nombre de ceux qui nous donnent des leçons en tout genre n'en finit pas de grossir. Nous les écoutons et les respectons toujours car ils nous apportent souvent la vision du terrain... Mais dans ce cas, je ne mets pas en cause vos compétences mais votre sens de lecture. Je n'écris pas que tous les billets sont divisés par deux mais que "le prix moyen d'une business peut être divisé par deux". Le peut ne veut pas dire "est".

Mais il est vrai que l'arrivée en France des "broker" de billets business, qui existent avec succès dans les pays anglo saxons, risquent de bousculer les choses.... Même pour un spécialiste !

Devrais je dire (gentiment) qu'il faut arrêter de jouer au "spécialiste" pour regarder ce qui arrive sur le marché ? Non ce ne serait pas sympa ! Pas plus que vos "critiques" peu fondées à l'égard de l'auteure de cet article : une spécialiste, comme vous, du voyage d'affaires !

Bien à vous
Marcel Lévy