Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Voyageurs d'affaires en... cars SNCF


Voilà déjà quelques semaines que le car est devenu l'un des sujets de discussion à la SNCF. Officiellement annoncée au quotidien Les Echos par Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages, la concurrence que fera la SNCF à Eurolines ou Megabus avec Speed (ce serait le nom de la future marque) devrait débuter dès le mois de juillet. Lille servira de premier Hub avant l'ouverture d'autres sites en France.



Faute de base immédiatement disponible, la "gare" de Paris ne sera pas ouverte avant quelques mois. En revanche le Sud de la France devrait rapidement disposer d'une offre au départ de Marseille et Toulouse. Bonne nouvelle, le car SNCF aura de la "gueule" : le Wifi sera disponible à bord tout comme les toilettes, preuve que les destinations "internationales" (comme Amsterdam ou Londres) seront au programme de l'entreprise "ferrovicariste" (ne cherchez pas le terme dans le dictionnaire, il est inventé pour l'occasion). Placée sous le signe de l'écologie et du transport en commun, peut-on voir une autre ambition du projet ? Sans aucun doute. Le rail prépare la mixité attendue du transport public qui pourrait annoncer très vite, la fermeture de ces toutes petites lignes régionales, peu fréquentées et maintenues à coup de subventions par les instances politiques. L'Auvergne ou la Franche Comté, par exemple, pourraient ainsi voir les liaisons secondaires - pour ne pas dire plus - remplacées par des cars ultra modernes, bien moins chers à exploiter. Dans une politique qui privilégie la grande vitesse, largement plébiscitée par le public, le car constitue l'alternative de service public à bas prix. On a vu lors des assises du ferroviaire que l'idée d'une "gare pour tous à moins de 10 km de chez soi" ne saurait tenir la distance. Heureusement pour nos finances. Bien évidemment, le car n'est pas l'outil du voyageur d'affaires, pressé par le temps et attentif aux déplacements courts et efficaces. Mais contrecoup, le projet a tout de même un intérêt pour lui : il devrait permettre de donner un coup de frein aux hausses tarifaires du rail en France, par la diminution des coûts d'exploitation du réseau. Que du bon, non ?

Marcel Lévy

Jeudi 26 Avril 2012


Notez


1.Posté par Martin le 27/04/2012 11:10
Le maillage du territoire avec des cars est une bonne chose si cela peut diminuer les frais structuraux de la SNCF. Mais parallèlement je m'interroge sur deux points:
- Cela amènera-t-il réellement à inciter les utilisateurs de voitures individuels à prendre cette solution de transport?
- La SNCF n'arrête pas de faire de la pub sur la très faible émission de gaz à effet de serre en prenant le train. L'utilisation intensive du car va à l'encontre de cette démarche. Qui fera les frais de cette charge supplémentaire de CO2?
Je ne suis pas très "écologiste" mais je m'inquiète de la possibilité d'imposer prochainement une taxe carbone sur les déplacement en transports en commun utilisant des combustibles pétroliers pour compenser cet afflux de pollution. A moins que l'on ne fasse encore plus culpabiliser les ménages et charger la mule de ce coté là pour payer indirectement par d'autres taxes sur l'énergie les conséquences de ce choix de transport non neutre pour l'environnement.
L'un de vous a-t-il une opinion à ce sujet?
Bonne journée

2.Posté par PAT le 27/04/2012 12:55
"SPEED" comme nom de marque ? "IDBUS" plutôt.

C'est le récent nom de marque que SNCF a déposé à l'INPI le 22 mars 2012. Par ailleurs, elle n'a pas "SPEED" dans son catalogue de marques déposées (428 au total à ce jour). Ces informations sont publiques auprès de l'INPI.

Sur le fond, j'attends la réaction indignée des régions Auvergne et Franche Comté - autorités organisatrices des transports sur leurs périmètres respectifs - aux préconisations de M. Lévy (même si j'ai bien compris que ce n'était que pour l'exemple).

Aujourd'hui, dans le débat public, aucun parti de gouvernement ne prône ce type de transfert rail / route. Officiellemnet du moins. Les propos iraient plutôt dans le sens contraire. Ne serait-ce que pour ne pas se mettre à dos l'Auvergne et la Franche Comté !