Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Voyageurs d'affaires, jetez votre carte de crédit et sortez les mains de vos poches


Ce sera sans doute une révolution qui, aujourd'hui fait sourire et laisse à penser qu'elle tient plus de Star Trek que du sérieux nécessaire quand on parle d'argent. A l'origine une banque nipponne, Ogaki Kyoritsu Bank, qui va installer des distributeurs de billets capable de détecter les veines d'une main, uniques pour chacun d'entre nous et qui deviendra un vrai sésame pour sortir de l'argent dans un premier temps. Pour payer toutes ses dépenses d'ici dix ans !



Gadget ? Certainement pas quand on connait le prix des fraudes à la carte bancaire. Le système ne permet aucun détournement et garantit au porteur (de la main), une sécurité totale dans ses retraits et ses paiements. Et pour sourire, sachez que si la dépense doit dépasser les 500 €, ce sont les deux mains qu'il faudra présenter. Et la révolution, la vraie, au delà de la fin programmée de la carte plastique, c'est la capacité de la machine à discuter, en temps réel, avec l'entreprise qui aurait fourni l'autorisation de paiement ou de retrait. Et ce, même les jours fériés, avec un système intelligent de SMS sur le smartphone. Bien sur, il faudra régler les problèmes de décalage horaire et gérer les niveaux d'autorisation. Autant de petits soucis encore peu ou pas abordés mais globalement, le système mis en place au Japon laisse présager bien d'autres utilisations. Il ne sera utilisé dans un premier temps que pour les paiements domestiques. Cerise sur le gâteau, chaque dépense engagée sera automatiquement suivi d'un email ou d'une data exploitable dans un logcieol de note de frais ou de gestion des dépenses. Et les compagnies aériennes, elles aussi, se disent intéressées par le système et veulent s'associer aux bases de données qui vont immanquablement se créer au fil des ans. On comprend bien l'intérêt de cette reconnaissance jugée plus fiable que les empreintes digitales. Aux Etats Unis, on se dit prêt désormais à associer l'iris à la main. Dans ce cas, le risque d'erreur sera de moins de 0,0001 %. Imparable. Il reste à passer de la fiction à la réalité. Pour la banque japonaise, le système sera déployé avant la fin 2012. La science va vite, très vite.

Marcel Lévy

Dimanche 15 Avril 2012


Notez