Le premier quotidien du voyage d'affaires et des déplacements professionnels





Mercredi 1 Août 2012

Voyageurs d’affaires : tout savoir sur les éthylotests


Depuis la mise en place du texte obligeant les automobilistes (et les possesseurs de scooters de plus de 50 cm3) à posséder un éthylotest à leur bord, les interrogations fusent. Qu’est-ce qu’un éthylotest ? Comment fonctionne-t-il ? Combien coûte-t-il ? Qui doit en être équipé ? À partir de quand l’absence d’éthylotest est-elle sanctionnée ? Quelle est la sanction encourue ?



Voyageurs d’affaires : tout savoir sur les éthylotests
Pour répondre à ces questions, la sécurité routière vient de mettre en ligne une « FAQ » relative à cet objet, encore introuvable en France en raison de la pénurie. L’obligation faite aux conducteurs de véhicules terrestres à moteur de posséder un éthylotest non usagé, en cours de validité et à disposition immédiate, est entrée en vigueur depuis le 1er juillet 2012.

Les questions-réponses proposées par la Sécurité routière sont axées autour de différentes thématiques :
• présentation du décret,
• entrée en application du décret,
• taux d’alcool et éthylotest (taux légal d’alcool autorisé au volant, différence entre éthylotest et éthylomètre, type d’éthylotest, coût et validité...),
• personnes concernées (conducteurs étrangers, professionnels de la route, éthylotests intégrés au véhicule, cas des cyclomoteurs...),
• sanctions,
• efficacité du dispositif de lutte contre l’alcool au volant.

Si, pour l’instant, le défaut de détention de l’éthylotest peut faire l’objet d’un rappel de l’obligation par les forces de l’ordre, tout défaut de présentation d’un éthylotest non usagé, en cours de validité et à disposition immédiate sera sanctionné d’une amende forfaitaire de 11 euros à compter du 1er novembre 2012.