Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


XL Airways, qu'importe le confort pourvu qu'on ait le prix


Un chef d'entreprise du nord de la France me relatait récemment ses achats aériens et m'expliquait qu'il avait toujours réussi à trouver, en quelques minutes, les meilleurs tarifs pour ses voyageurs d'affaires. Son discours, qui faisait fi des agences et autres intermédiaires, s'appuyait sur la recherche du best buy. Essentiel à ses yeux pour la survie de son entreprise bousculée par la crise.



Dans cette quête du best buy, et dans un mail qu'il vient de m'adresser, il me raconte qu'avec une dose de contraintes et une anticipation de quelques jours, il avait trouvé du New York à 612 € TTC l'aller retour. Pour conquérir ce nouveau client qu'il convoite, implanté à 25 minutes de route de JFK, ce prix lui avait permis de multiplier les voyages et d'être dans la course pour un marché de plus de 600 000 euros. Le plus intéressant dans son calcul n'est pas la recherche du prix, mais la réflexion qui l'a conduit à ce choix. XL Airways, la compagnie utilisée, n'est pas connu pour son confort à bord, qu'importe. Pour convaincre et visiter les sous-traitants partenaires, chacun de ses voyageurs doit rester entre 3 et 5 jours. Il intègre donc la nuit de samedi à dimanche sur place. Le samedi est consacré à la rédaction du compte rendu du voyage à destination des équipes en France. Dernier rendez-vous de validation, le lundi matin, avant un départ en fin de journée. Seule exigence de sa part : le vol direct. Pas question de prendre un vol avec escale qui démultiplie le temps dans les aéroports. En échange, le samedi après midi et le dimanche sont offerts à ses salariés pour se balader dans New York. Il prend en charge les nuits d'hôtel du week-end à 195 € les deux, dans un motel confortable, à proximité de son client, et relié en train à Big Apple. Bref, au final il y trouve son compte, tout comme ses voyageurs qui en redemandent. Et de conclure : "Vous pensez que les PME/PMI comme nous peuvent se permettre des business à tout va ? Vous vous trompez, économiser c'est pérenniser les emplois et le travail. Mes salariés partagent la même vision que moi. N'oubliez jamais qu'il y a plus de PME/PMI de petites tailles que d'entreprises du CAC 40. Economiser, cela veut dire beaucoup pour nous". Dont acte !

Marcel Lévy

Jeudi 2 Mai 2013


Notez


1.Posté par Pierre le 03/05/2013 08:01
Bravo, c'est exactement ce que nous faisons tous les jours avec l'accord total de nos voyageurs qui savent bien que la trésorerie de nos entreprises est tendue. Dans ma boite, le patron et le DG publient leur salaire et insufflent à l'équipe cette gagne indispensable au business.
Pierre

2.Posté par Bacchus le 03/05/2013 14:08
Et cela ne concerne pas seulement les PME/PMI, certains grands groupes anglosaxons pratiquent cette approche depuis de nombreuses années.
La génération Y n'y verra surement aucun problème à l'instar de la génération X qui s'accroche éperduement à ses vielles habitudes...
Comme dirait l'autre: ''c'était le bon temps''.