Air France, pas d’amende au Gabon

Faut-il y voir une volonté de désinformation, les fruits d'une palabre réussie ou le souhait de certains politiques gabonais de s'attaquer à Air France… Toujours est-il que l'affaire de l'amende à Libreville a fait… Pschitt ! Officiellement, il n'y a pas eu, et il n'y aura pas, de sanctions financières contre la compagnie française même si l'on reconnaît à Libreville "quelques soucis techniques répétés avec le transporteur français".

Mais sur le terrain, malgré les démentis et les précisions officielles, la bataille continue. Dernier élément en date, un rapport attribué au Bureau d’enquêtes incidents et accidents d’aviation (BEIAA) qui, selon Gabon Media Time, "mettrait à mal la défense de la compagnie française et donnerait raison à l’État gabonais". Selon les observateurs locaux, il s'agit "d'une opération de désinformation" !

Des faits qualifiés de totalement fantaisistes selon une source locale qui voit, dans cette affaire "une volonté de nuire à la compagnie française pour mettre en avant des intérêts étrangers différents". Rien de bien nouveau dans le monde du transport aérien africain.

Air France avait vigoureusement démenti la sanction financière et présenté cette information comme totalement "erronée et sans fondement", tout en reconaissant plusieurs incidents à l'occasion de l'affrètement des vols de la compagnie par Air Belgium.