Air France : un syndicat dénonce les dangers de l’entretien des avions en Chine

Alter, un petit syndicat des pilotes d’Air France, veut-il se faire de la publicité rapidement ? On pourrait le croire en lisant sa mise en garde autour de l’entretien des avions d’Air France en Chine. Le syndicat fait état de « plusieurs incidents graves » liés à cette externalisation de la maintenance.

Air France : un syndicat dénonce les dangers de l’entretien des avions en Chine
Dans un communiqué, le syndicat Alter détaille des faits. Le 7 avril dernier, un A340 d'Air France entre Paris-Caracas a dû être dérouté vers les Açores "pour raisons techniques" multiples qui allaient du débordement des toilettes à divers problèmes radios. Pour le syndicat, ce sont des incidents peu explicables car l’appareil assurait un premier vol après un contrôle technique approfondi (la fameuse grande visite), assuré en Chine par Taeco. Pour mémoire, un autre incident en 2011 avait démontré l’absence d’une quarantaine de vis sur une attache d’aile d’un A340 révisé également en Chine. Fort de ces constats, Alter demande la fin immédiate des entretiens dans ce pays et le rapatriement des visites de maintenance en France. Face à ces accusations, les autres syndicats de la compagnie française restent prudents et ne veulent pas commenter pour l’instant ces informations.

De son côté, Air France, dans un communiqué transmis à l'AFP, "a écarté tout lien entre l'entretien et l'atterrissage imprévu aux Açores et de compléter "Les inspections de l’appareil, dérouté par précaution sur Lajes, n'ont donné lieu qu'à quelques opérations de maintenance mineures. Après avoir mené des inspections approfondies, la Compagnie confirme qu'aucun des éléments ayant mené au déroutement par précaution à Lajes n'est en relation avec les opérations d'entretien réalisées par la société Taeco à Xiamen en Chine. Air France rappelle que la société Taeco est le leader mondial du grand entretien des gros porteurs, internationalement reconnu, bénéficiant des agréments internationaux les plus stricts et travaillant pour toutes les grandes compagnies mondiales parmi lesquelles Lufthansa, British Airways, American Airlines ou JAL..

Simple coup de pub pour Alter ou malaise réel ? Toujours est-il que ce n'est pas la première fois que ce syndicat s'attaque à la maintenance des appareils en Chine. Une façon, sans doute, de défendre le savoir faire technique français.