Airbus, un projet de cabines détachables à l’étude

Le brevet n'est pas nouveau, déposé en 2013 auprès de l'US Patent and Trademark, il propose un embarquement à l'avance des passagers dans une capsule qui serait ensuite installée dans l'avion en quelques minutes. Un outil qui permettrait de gagner 10 minutes par embarquement. Selon le magazine américain Wired, le projet est concrètement à l'étude depuis cette année.

Anticiper le chargement des passagers via un module mobile que l'on implanterait dans l'avion, l'idée est séduisante d'autant qu'elle donnerait du temps aux compagnies pour chouchouter l'accueil des voyageurs. Mieux, elle permettrait d'optimiser les vols et faciliterait la mise en place de rotations plus rapides, d'où un gain financier non négligeable. Wired, qui précise qu'une compagnie aérienne ne gagne en moyenne que 8,27 $ par passagers en classe éco, ajoute que l'utilisation de ces modules permettrait sur le court courrier d'ajouter un à deux vols par jour.

Selon nos informations, le module serait situé à l'extrémité de la passerelle, au-dessus de l'appareil qui n'arriverait au poste que pour charger le module. Cette solution n'empêcherait pas le débarquement de l'avion qui se ferait sous le module en cours de chargement. Il reste à convaincre les aéroports qui devront modifier leurs infrastructures d'accueil et modifier les sens de circulation. Dans tous les cas, si le projet est confirmé, on ne devrait pas voir ces modules commercialisés avant 2025.