Avec la grève du métro, Uber triple ses prix à Londres

Réservation d'une pression du doigt, géolocalisation, paiement automatisé... de nombreux voyageurs d'affaires ont été séduits par la simplicité et la commodité des services Uber. Il faut toutefois se montrer vigilant. Contrairement aux taxis, les tarifs des courses ne sont pas fixes. L'entreprise fait du yield et s'adapte à la demande. Ainsi, les professionnels en déplacement à Londres, laissés sur le carreau par le métro en grève, ont vu les prix quasiment multipliés par 3.

Aucun métro ne circule dans la ville de Londres depuis le 8 juillet 18h30 en raison d'une grève des employés du Tube. Les usagers se sont donc reportés sur les autres moyens de transports dont les VTC. Et Uber a décidé de profiter de cette aubaine. Le journal The Independent a révélé que l'entreprise californienne avait multiplié le tarif minimum d'une course dans la capitale britannique par 2,9 ce jeudi.

Cette hausse n'est pas du goût des clients londoniens qui ont l'impression de se faire exploités. L'entreprise a pour sa part justifié les sommes demandées en précisant que les algorithmes utilisés pour déterminer les prix prennent en compte la demande.