Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Baromètre In Extenso Deloitte : seule la province a profité de l'effet euro 2016


L’hôtellerie de la région francilienne n'a pas vraiment connu d'effet Euro 2016 en juillet. Paris comme la Côte d'Azur ont fini ce mois estival avec une note très négative avec des RevPAR en recul sensible sur l’ensemble des catégories, du fait avant tout d’une baisse très nette de la fréquentation. En revanche, les hôtels des régions françaises présentent de belles performances avec une progression appréciable du RevPAR (de 4 à 9% selon les catégories), boosté par la progression des prix moyens.



Tous les segments de l'hôtellerie parisienne présentent des taux d'occupation et des RevPar négatifs à 2 chiffres en juillet. Les établissements Luxe et Palaces enregistrent les contre-performances les plus importantes avec des TO et RevPAR moyens qui plongent respectivement de -17,3% (pour atteindre 69,9%) et de -18,3% (487€). Le secteur Haut de Gamme est également en difficulté avec un TO de 74,4% (-16,7%) et un RevPAR de 177€ (-13,4%). Toutefois son RMC affiche la seule hausse du mois avec +3,9% (238€).

Les segments Milieu de Gamme et Économique présentent de leur côté des RevPAR de -17,4% et -16,4%. Le cabine In Extenso Deloitte explique "Pourtant, les performances enregistrées sur la première quinzaine du mois de Juillet apparaissaient plutôt positives, mais le résultat final reste dans la tendance constatée depuis le début de l’exercice". Il se demande ainsi si l’Euro 2016 – au lieu d'avoir un "effet d'aimant à visiteurs" - n'aurait pas plutôt découragé les touristes "Une partie de la clientèle traditionnelle des établissements parisiens aura préféré ne pas séjourner dans la capitale pendant l’Euro, préférant des périodes plus calmes. Par ailleurs, la "clientèle" de supporters de football aura probablement été attirée par des modes d’hébergement plus économiques et collectifs. Il n’est pas anodin de constater qu’AirBnB enregistrait des résultats records sur le mois de Juillet".

La Côte d’Azur présente un bilan similaire à la capitale. Elle a également souffert au mois de juillet. La fréquentation recule lourdement sur l’ensemble des catégories, les plus élevées étant les plus touchées. L’hôtellerie de Luxe enregistre un RevPAR en retrait de 15% sur le mois, mais reste en légère progression en cumulé depuis le début de l’année (+2,1%) grâce aux bons résultats du premier semestre. L’ensemble des autres catégories sont en recul aussi bien sur le mois qu’en cumulé. "Bien entendu, les attentats de Nice auront eu un effet très négatif. Il est à craindre que le mois d’août soit également durement affecté. Rappelons tout de même que ces performances sont à mettre en regard d’un mois de juillet, et plus généralement d’un exercice 2015, de très bon cru. La catégorie Luxe sur la Côte d’Azur avait, au mois de juillet 2015, enregistré une progression de son chiffre d’affaires hébergement de 69%".

Le baromètre mensuel In Extenso Deloitte relève toutefois deux notes positives. Les Régions françaises confirment un bel exercice au premier semestre 2016, après un exercice 2015 déjà de bonne tenue. Pour les villes hôtes de l’Euro, le mois de Juillet aura été bon, voire très bon. Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Saint Étienne. Constat similaire mais un peu plus contrasté sur, les littoraux. Les hôtels de Bretagne et de Pays de Loire sont à la hausse avec une progression des prix moyens dans l’ensemble positive. "Par ailleurs, et une fois n’est pas coutume, à l’échelle de l’ensemble de la France, l’hôtellerie super-économique est la seule catégorie à enregistrer une progression de son chiffre d’affaires hébergement (+4,3%) avec une progression conjointe de la fréquentation et des prix moyens. Ce rebond dans un contexte globalement baissier est une bonne nouvelle", estime le cabinet.