Ben Smith : « Air France se donne 5 ans pour rattraper le niveau de rentabilité du groupe IAG »

Le Président Directeur Général du groupe Air France-KLM a pris la parole sur l'événement du Paris Air Forum le 14 juin. Confiant sur l’avenir du groupe, il souhaite que Air France-KLM redevienne le leader européen de l’aérien.

Une intervention très attendue où le dirigeant canadien a fait un premier bilan de sa présidence : « Le challenge était énorme mais je reste persuadé que Air France KLM a un très grand potentiel sur le marché », a déclaré Ben Smith. « Mon premier défi a notamment été de gérer les conflits sociaux pour pouvoir avancer le plus rapidement possible », ajoute-t-il.
Arrivé aux commandes de la compagnie en septembre 2018, le dirigeant avait en effet pris ses nouvelles fonctions dans un climat social sous (haute) tension, notamment lié à d’importantes grèves des pilotes et PNC. « Air France a une vraie identité de marque et c’est ce qui fait notre force. L'engagement de nos employés est également très fort », affirme le Président.

Concernant son mandat et l’avenir du groupe, Ben Smith est conscient qu'un certain retard est à rattraper mais, « la concurrence n’est pas loin devant ». « Air France-KLM se donne 5 ans pour rattraper le niveau de rentabilité du groupe IAG et Lufhtansa », ajoute-t-il. Pour y arriver, le Président compte sur les nombreux atouts du groupe et notamment sur sa filiale Transavia : « Nous allons développer de nouveaux accords avec les pilotes et continuer d'étendre le réseau Transavia ». Au sujet d’une possible low-cost long-courrier, Ben Smith est catégorique : « Ce n’est pas dans nos projets. Pour moi, ce modèle n’a pas encore fait ses preuves ». En revanche, c'est certain : « Air France a une valeur énorme et la France a aujourd’hui besoin d’une compagnie nationale puissante », conclut-il.