Bilan catastrophique pour la seconde gare TGV de Montpellier

Rareté des trains, absence de services et de desserte par le tramway, navettes bondées, accès embouteillés, correspondances impossibles: la seconde gare TGV de Montpellier, ouverte le 7 juillet à 6 km du centre-ville, a été "le fiasco de l'été" pour de nombreux voyageurs excédés.

En attendant, au mieux en 2020, la réalisation de la seconde gare TGV tout aussi contestée de Nîmes-Manduel (Gard), seuls six trains de voyageurs s'arrêtent quotidiennement dans la nouvelle gare Montpellier-Sud-de-France, qui a coûté quelque 135 millions d'euros.

Ce que les usagers découvrent à leur arrivée au milieu d'un no man's land destiné à terme à devenir un nouveau quartier en a désespéré plus d'un et a alimenté les courriers des lecteurs de l'été.

La suite de cet article est à lire sur le site du journal l'Express.