DSK oblige l’hôtellerie à repenser ses process

Alors que l'affaire DSK est enterrée au pénal, mais pas au civil, le monde de l'hôtellerie outre-Atlantique réfléchit à de nouveaux process pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. L'un des enseignements de l'affaire fait du bruit aux Etats Unis ou les femmes de chambre affirment que DSK est loin d'être un cas isolé. Propositions malhonnêtes, hommes nus et autres propositions sexuelles incorrectes sont devenus choses fréquentes. Chocking !

DSK oblige l'hôtellerie à repenser ses process
Faut-il revoir les process de l'industrie hôtelière en matière de gestion des déplacements du personnel dans les chambres des clients ? A priori, la réponse est oui pour les syndicats d'hôteliers américains qui, en plus des installations électroniques, veulent aujourd'hui "protéger leur personnel de toute agression sexuelle ou de tout geste incorrect" même si beaucoup de patrons d'hôtels affirment que plus de 80% des chambres sont faites alors que les clients précédents sont partis et que les nouveaux ne sont pas encore arrivés. Aussi, pour beaucoup si la solution idéale serait de doubler les équipes, la réalité économique ne le permet pas. Solution envisagée, une "panic key", sorte de pendentif porté autour du coup et muni d'une bouton d'alerte qui sonnerait automatiquement au centre de sécurité de l'hôtel ou sur un récepteur que chaque femme de chambre aurait avec elle sur leur chariot. Un test "grandeur nature" devrait débuter dans des hôtels new yorkais d'ici à la fin de l'année. L'expérience ne fera l'objet d'aucun communiqué mais les professionnels affirment que si elle est positive, elle sera très largement développée aux USA.