EasyJet renonce à Alitalia

EasyJet jette l'éponge. Elle ne participera pas au redressement d'Alitalia. La compagnie britannique a annoncé le 18 mars 2019 qu'elle s'était retirée des discussions sur la reprise du transporteur transalpin en difficulté, menées avec la compagnie ferroviaire transalpine FS ainsi que Delta Air Lines.

Alitalia trouvera-t-elle un jour preneur ? La question se pose alors qu'Alitalia a quitté la discussion entamée en février dernier avec Ferrovie dello Stato et Delta Air Lines sur la formation d'un consortium pour relancer la société en grande difficulté.

Ce n'est pas le premier coup dur pour le projet de reprise de la compagnie transalpine. Il a été plusieurs fois reporté depuis son placement sous administration spéciale en 2017 après le départ d'Etihad de son capital. Le sujet devenu très politique en Italie a, en effet, rebuté plusieurs candidats potentiels au cours de ces deux dernières années dont Lufthansa.

Le projet actuel prévoit que la compagnie ferroviaire italienne Ferrovie dello Stato, aidée de partenaires industriels, présente un plan de sauvetage au gouvernement à la fin du mois du mois de mars. Le retrait d'EasyJet des discussions risquent de mettre en péril ce planning, et surtout l'avenir de l'Italienne.

Si l'entreprise britannique n'a pas justifié sa décision, elle a indiqué dans son communiqué qu'elle “reste attaché à l’Italie, en tant que marché clé pour le groupe” et ajoute “Nous continuons d’investir dans les trois bases de Milan, Naples et Venise.”