Emirates au départ de Paris dès le 29 décembre prochain

Présentée comme un élément d’une success-story réussie, l’arrivée de l’A380 sur Paris, plus d’un mois avant la date prévue, pourrait bien confirmer les besoins d’économies que doit réaliser Emirates.

Face à la crise économique qui sévit à Dubaï, la présence d’un gros porteur sur la ligne va sans aucun doute stimuler le marché de l’aérien et permettre de bons résultats entre l’Europe et l’Emirat. Tim Clark, dans les colonnes du Sunday Telegraph, se dit « très surpris et choqué par cette crise » mais précise que tout cela ne devrait pas affecter les bons résultats de la compagnie. La patron d'Emirates, qui a toujours refusé de publier les comptes de sa compagnie (que beaucoup soupçonnent d’être aidée par l’état dubaiote) affirme que "S'il y avait d'autres turbulences, Emirates modérerait sa croissance, mais n'arrêtera pas de croître ». Une pierre dans le jardin des sceptiques qui se sont interrogés sur les hausses de résultats annoncés (+165% au premier semestre 2009).