Flying Blue pour s’enregistrer avant un vol ? Inutile

Étonné, et un peu déçu, notre voyageur qui nous prend familièrement à témoin pour un problème rencontré depuis la mise en place de la carte d'embarquement automatique. Et il le dit... En toute amitié !

Flying Blue pour s'enregistrer avant un vol ? Inutile
Jusqu'à peu de temps, on s'enregistrait 30 heures à l'avance grâce à son numéro Flying Blue. Les plus réactifs chopaient le rang 1. Les peureux se mettaient à l'arrière et les grands prenaient les issues de secours. Tout le monde y trouvait son compte... Sauf que des petits génies de l'informatique ont inventé la carte d'embarquement automatique!

Donc 30 heures avant, le check-in se fait seul. Tu reçois ta carte et ton siège. Bien sûr, suivant ton "grade" Flying Blue, tu es toujours dans les premiers rangs. Mais à quoi sert-il d'être au 3D? Soit tu es au rang 1 soit tu vas directement aux issues de secours. Si l'avion est complet ou quasi, tu ne peux pas changer. Toutes les places ayant été attribuées automatiquement.
Du coup, tu retrouves des papys et mamies aux issues qui tremblent quand l'hôtesse vient leur expliquer la procédure d'ouverture de la porte. Des petits là où il faudrait des grands et vice versa. Ces admirables génies de l'informatique n'ont pas intégré la notion de confort. Pour eux, tous les sièges se valent et plus on est devant, meilleur c'est.
Sans doute des intelligences binaires... Il ne faut jamais donner les clés du camion aux informaticiens.
Ceci arrive au moment exact où EasyJet offre enfin le choix des sièges. C'est ballot.

Et vous, amis voyageurs, l'avez vous constaté ?

Le voyageur