Gare aux flottes auto, elles se volent sans effraction!

Le nombre de disparition non expliquées et sans effraction de véhicules s’est multiplié ces derniers mois et des chercheurs allemands ont l’explication : des problèmes de sécurité dans les systèmes d’ouverture et de fermeture à distance permettent aux pirates de voler discrètement les véhicules. Volkswagen est la première marque concernée, mais ce n’est pas la seule.

Ce sont des chercheurs de l'Université de Birmingham, en collaboration avec le spécialiste des questions de sécurité Timo Kasper, de la société Kasper & Oswald GmbH qui ont mis au jour des failles de sécurité dans le système d'ouverture et de fermeture à distance. De nombreux modèles pourraient être piratés sans difficulté. Les marques du groupe Volkswagen sont particulièrement concernées.

La sécurité des ouvertures de portes à distances de nombreux modèles de voitures serait particulièrement vulnérable. Des chercheurs en Allemagne et en Grande-Bretagne ont en effet dévoilé une étude à Austin qui démontre la présence d’une faille de sécurité qui concernerait environ 100 millions de véhicules dans le monde, selon la presse allemande. Les boîtiers qui commandent l'ouverture et la fermeture des véhicules, basés sur un système de code tournant (rolling code), sont violables et "pour la plupart des fermetures de porte, il existe des outils qui permettent de décoder la serrure pour créer une clé correspondante".

Les boitiers, notamment ceux des véhicules fabriqués par Volkswagen depuis 1995, ne proposeraient qu'un faible nombre de combinaisons, permettant ainsi à des pirates informatiques d’utiliser d'anciennes clés, en raison du nombre insuffisant de mots de passe différents. Par ailleurs, selon les chercheurs, un pirate informatique qui aurait récupéré les algorithmes de chiffrement aurait simplement besoin d'intercepter un seul signal de la télécommande d'un véhicule pour reproduire le code de la clé de voiture. En d'autres termes, un voleur peut facilement reproduire le code envoyé par la télécommande d'un véhicule. Il suffit qu'il intercepte les ondes radios envoyées par le boîtier lorsque l'utilisateur l'actionne.

Outre Volkswagen, le problème les français Citroën (Nemo, Jumper), Peugeot (207 notamment) et Renault (Clio, Twingo, etc), l'italien Fiat (Punto, Panda...), l'allemand Opel (Astra, Corsa, etc), le japonais Nissan (Qashqai notamment) ou encore l'américain Ford (Ka). Gros point noir, le vol sans effraction n’est pas pris en charge par les assureurs et les voleurs, s’ils ne dérobent pas le véhicule lui-même, en dépuoillent le contenu. Dommage pour l’ordinateur du voyageur d’affaires, « caché » sous le siège avant…