Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Hôtellerie : une "bonne année 2015" en perspective


L'hôtellerie devrait présenter une fréquentation en hausse en 2015 malgré la morosité européenne ou le repli ponctuel enregistré sur Paris après les attentats. Le segment corporate devrait également sortir son épingle du jeu. Telles sont les conclusions du cabinet KPMG et la 38ème édition de son étude «L’Industrie Hôtelière Française».



Stéphane Botz
Stéphane Botz
L'étude de KPMG repose sur l’analyse des ratios d’exploitation et de gestion d’un panel de 3 000 hôtels, représentant ainsi 230.000 chambres, soit plus de 40% du parc hôtelier homologué français. Elle révèle en premier lieu que l'activité du secteur s'est maintenue en 2014. Si les taux d'occupation des établissements super-économique se sont contractés (-0,4 point), les segments économique et milieu de gamme affichent une croissance de leur activité (respectivement + 1 pt et + 0,6 pt). Les hôtels haut de gamme – portés par la clientèle extra-européenne - ont pour leur part affiché un important dynamisme en enregistrant une progression de 4,4 points du taux d'occupation.

De son côté, Paris a réalisé une belle performance. Tous segments confondus, les taux d'occupation sont restés au-dessus de 78% en 2014. "Les établissements haut de gamme continuent d’afficher des niveaux élevés d’occupation (78,5%) soulignant la résilience de ce segment à la concurrence de nouveaux produits d’hébergements alternatifs. L’attrait de la capitale pour les touristes des marchés émergents est le garant de la dynamique des performances des hôtels, en plus d’une demande "affaires" qui génère une saturation des hôtels quasiment toute l’année", explique l'étude.

En outre, le RevPAR a présenté des tendances différences selon les segments en 2014. Il est en repli sur les gammes super-économiques (-2,7%) et économiques (-2,8%) mais en hausse sur les établissements moyen (+3,8%) et haut de gamme (+6,0%).

Des transactions hôtelières records en 2014
2014 a également été marqué par un volume de transactions hôtelières record aussi bien en Europe qu'en France. En effet, l’investissement hôtelier sur le sol européen a atteint plus de 14 milliards d’euros (+77% par rapport à 2013). On peut entre autres citer la cession de 1 100 établissements du groupe Louvre Hotels sur plusieurs pays européens pour 1,3 milliard d’euros qui a représenté 9% du volume total des transactions du secteur en Europe. Dans l'Hexagone, l’investissement s'est porté à 2,8 milliards d’euros, soit un volume de transactions en hausse de 18% par rapport à 2013. L'étude précise que "Le premier semestre 2015 poursuit la tendance observée l’année dernière avec l’acquisition par le groupe Maranatha du portefeuille Les Hôtels Du Roy (6 hôtels de 4 et 5 étoiles à Paris et Nice) pour 350 M€. La progression des performances du marché hôtelier associée à un dynamisme des transactions a motivé l’émergence de nouveaux investisseurs. Ces acteurs apprécient les rendements plus résilients des actifs hôteliers (entre 4% et 7% de retour sur investissement) que pour d’autres classes d’actifs immobiliers".

2015, des perspectives encourageantes même pour le business travel
Dans contexte économique en légère reprise, les hôtels français ont vu leur fréquentation grimper au cours du premier semestre de cette année et devrait ainsi réaliser "une bonne année 2015".
Dans le détail, les destinations de province, qui ont notamment profité des bonnes conditions météorologiques, affichent une progression de 2,3%. La capitale pour sa part affiche un léger repli (-0,5%), entre autres en raison des attentats de janvier. Mais, l'effet sur les réservations a été très périodique. Les touristes étaient à nouveau dans les rues de Paris dès février et la clientèle affaires était de retour en avril.

Malgré une certaine morosité, le segment Corporate devrait d'ailleurs se défendre. "Concernant le secteur Affaires, 2015 ne sera pas un cru exceptionnel mais pas mauvais non plus", assure Stéphane Botz,responsable du pôle Real Estate & Hôtels de KPMG. Il reconnaît qu'un repli a été observé sur cette clientèle depuis le début de l'année. "Mais je rappelle qu'il ne faut pas juger sur les 8 premiers mois de l'année mais bien sur 12 mois. L'année n'est pas finie. La Cop 21 qui se déroulera à Paris fin novembre drainera de nombreux clients Corporate. Paris devrait ainsi faire aussi bien que l'année dernière". Et les perceptives pour les années à venir sur le segment Affaires pourraient se révéler très belles sur Paris. Plusieurs projets d'infrastructures importants sur la capitale comme celui du centre des congrès baptisé ITC, complexe de 3000 places près de Roissy, devraient encore augmenter l'attractivité Business de la ville lumière.