Incentive à Cuba

Soleil, plages et patrimoine culturel : Cuba a tous les atouts pour devenir une destination « incentive ». L’île des Caraïbes sait s’adapter à toutes les demandes pour organiser un séminaire d’entreprise, en petit comité comme pour de très grands groupes.

Incentive à Cuba
Connue pour son tourisme balnéaire et ses circuits touristiques, la destination Cuba joue désormais des coudes pour se faire une place dans le tourisme incentive. Elle ne manque pas d’attraits pour convaincre les organisateurs de séminaires : une image festive rhum-salsa-cigares, des capacités hôtelières importantes et une capacité à se mobiliser pour organiser le voyage à la demande. Sans oublier des prix très compétitifs. Des réceptifs, comme Havanatur ou San Cristobal Agencia de Viajes, déploient tout leur savoir-faire pour ouvrir les portes des lieux les plus exclusifs de l’ancienne colonie.
Incentive à Cuba
Privatiser l’exclusif
A Cuba, privatiser l’exclusif est possible le temps d’un dîner, d’une journée ou d’une nuit. Les clients sont rois : s’ils veulent du neuf ou du jamais vu, la Havane peut le leur donner. La vieille ville regorge de palais qui ne demandent qu’à s’ouvrir, et le charme ne peut que jouer dans l’une des plus belles cités coloniales espagnoles, classée en 1982 au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les groupes qui élisent le site sont salués aux portes de la ville par un orchestre qui conduit les visiteurs à travers les rues étroites et pavées, jusqu’à la Plaza de la catedral par exemple. Les réceptifs proposent en effet de dîner à ciel ouvert au cœur de cette place, exemple typique de l’architecture espagnole bordée de palais du XVIIIème siècle. Près de 200 personnes peuvent s’attabler ici, bercés au son de la salsa, de la rumba et du cha-cha-cha des nombreux orchestres de rues. A quelques pas de là, le couvent Saint-François d’Assise propose d’organiser des réunions ou des séminaires dans une ambiance plus studieuse. Ce couvent, composé d’une basilique, de deux cloîtres et d’une multitude de petites salles, peut être partiellement ou entièrement privatisé, de jour comme en soirée, pour une journée ou le temps d’un séminaire.
Il y a pléthore d’autres lieux d’exception à utiliser ainsi pour une soirée ou un séminaire : le Musée National des Beaux-Arts, tout juste rénové, l’Opéra, l’Institut Cubain du Livre (petit édifice 18ème qui accueille fréquemment animations et cocktails) ou le Fort de la Fuerza. A 21 heures, direction la forteresse San Carlos de La Cabana où a lieu la cérémonie du « coup de canon ». Cet événement quotidien, qui annonçait autrefois la fermeture des portes de la ville, est très prisé. Les 10 hectares de parc de la forteresse peuvent accueillir de grands événements en plein air, elle peut également accueillir des petits groupes en session de travail dans ses salles. L’exclusivité est toujours possible dans ces différents lieux. Il faut souvent de la patience et toute la persévérance et la pugnacité du réceptif pour obtenir le précieux sésame, mais tout ou presque est toujours possible.
Les + de Cuba
  • La petite taille de La Havane historique permet aux groupes de déambuler, de s’effilocher et de se retrouver sans crainte de se perdre, ce qui permet à chacun de profiter de la visite à son rythme, y compris entre deux réunions
  • L’architecture historique et coloniale de La Havane en fait un musée à ciel ouvert donc un cadre superbe, même si beaucoup de travaux émaillent encore la visite
  • La variété des villes : tourisme culturel à Trinidad ou La Havane, sportif à Varadero (mer, golf, pêche au gros), toutes les thématiques peuvent être déclinées.
Incentive à Cuba
Cuba classique, rhum, cigares et les vieilles voitures
« Il faut bien reconnaître que la force de Cuba c’est d’être capable de s’adapter à toutes les tailles d’incentive » commente Georges Rodriguez, directeur d’Havanatour « C’est une richesse qui pour être exploitée demande une vraie collaboration entre l’entreprise et une société comme la nôtre. Il faut laisser s’exprimer l’imagination des créatifs et venir nous demander comment faire pour réaliser ce qui peut apparaître impossible. Nous le ferons ! ».

Un voyage incentive est souvent l’occasion de vérifier si les clichés que l’on a de la destination sont réels et en l’occurrence, ils sont nombreux à Cuba ! La musique fait ainsi partie de la vie quotidienne, et d’excellents et multiples orchestres se louent pour animer toutes les occasions, aussi bien pour un fond de musique douce lors d’un dîner que pour une soirée rythmée et dansante. Par ailleurs l’île ne peut se défaire de cette image du Che, un cigare à la main. Oui, les Cubains ont encore aujourd’hui un amour et une fierté du cigare sans pareil dans aucun pays, et affirment que les vallées du pays, autour de Pinar del Rio, renferment le meilleur tabac du monde. C’est d’ailleurs devenu un lieu de « pélérinage » pour bon nombre d’incentive qui le temps d’une journée iront rencontrer la famille Robaina, une légende vivante dans le monde. Comprendre la plantation de tabac cubaine devient pour une journée le but d’une excursion surprenante. Pour ceux qui veulent rester à la Havane, la plus connue des fabriques de cigares de la ville est une institution, et tous les groupes en apprécieront la visite: derrière le Capitole, Partagas fabrique au quotidien des trésors de Cohiba, Monte Cristo ou Roméo et Juliette. Les amateurs de cigare comme les simples curieux apprécieront d’assister au choix de feuilles, au roulage des corps et à la démonstration de pose de la « cape » qui termine le cigare. L’endroit fait partie des attractions immanquables de La Havane. Il est possible d’organiser des mini-sessions d’apprentissage pour les visiteurs. Un clin d’œil. En revanche l’usine, malgré sa renommée, reste très difficile à privatiser pour une soirée.

Il est sans doute plus facile de parier sur l’autre grand lieu de rendez-vous de la capitale, le musée du Rhum. La fondation Havana Club qui le gère propose de connaître la boisson de A à Z, du processus de sa fabrication à sa traditionnelle dégustation. Un bar, au rez-de-chaussée, se prête aux soirées qui s’accompagnent d’un orchestre local remarquable. Et pour rester dans les clichés, les belles américaines roulent de toutes leurs mécaniques. De couleur rouge, jaune ou rose claquant au soleil, elles se louent à l’heure, à la journée ou durant tout un séjour pour un groupe. Cadillac, Chevrolet, Bentley ou Ford, elles sont 100 000 à sillonner la Havane et le minimum est de faire un tour de la ville en convoi des années 50 (A partir de 35 $ la demi-journée avec chauffeur - www.cuba-oldcars.com). Pour le reste, les coûts moyens de ces animations : entre 15 et 40 dollars par personne pour la Havane. Entre 80 et 120 $ pour un déplacement à deux ou trois heures de la ville.
Incentive à Cuba
Logistique
Pas de problème d’organisation à La Havane, la petite taille de la ville permet de déambuler en groupes ou en convoi de belles américaines, une animation qui plait toujours au groupe. Pour une excursion à Vinales dans les plantations de tabac, il faudra prévoir des bus pour parcourir un trajet d’environ 1h30. Pour Varadero, là encore des bus de 55 personnes peuvent être organisés, en revanche mieux vaut prévoir des transferts en avion pour Trinidad ou Santiago : les routes sont très praticables mais il faut plusieurs heures pour atteindre les 2 villes (12h de route entre La Havane et Santiago de Cuba). Pour les groupes très restreints et aux budgets conséquents, l’hélicoptère est une option possible.
Incentive à Cuba
Une offre hôtelière diversifiée
La vieille Cadillac des années 50 qui se dirige vers le Malecon, l’avenue au bord de la mer qui relie la vieille ville à la Havane moderne, donne l’ambiance d’un séjour. Idéal pour une première matinée le long de ce ruban routier de 7 kilomètres. Une promenade rythmée par le bruit des vagues qui viennent s’écraser sur les flancs de la digue. Un endroit idéal pour des photos de groupe sur fond de mer. A l’extrémité du Malecon, le Vedado est le quartier branché, moderne et commercial de la Havane. Il est dominé sur un promontoire par un hôtel mythique, le «Nacional» (site en anglais : www.hotelnacionaldecuba.com), l’un des hôtels les plus fréquentés en groupes incentive. Le paquebot historique, grand hôtel des années 30, affiche haut et fort son caractère Art-Déco et revendique dès la réception son histoire avec une galerie de portraits des personnages historiques qui l’ont fréquenté. Ava Gardner a séjourné dans la Chambre 225, Compay Segundo y a fait ses premières armes. En plus de ses 490 chambres, qui lui permettent d’accueillir de grands groupes, l’hôtel dispose de multiples salles de réunions pour se prêter à toutes les configurations. Comble de l’animation, il abrite un « Cabaret parisien » qui permet de terminer un séjour par un dîner spectacle de qualité professionnelle qui raconte l’histoire et les danses de la Havane a un rythme soutenu.
Pour un groupe de moindre importance, l’hôtel NH Parque Central 5* est une alternative intéressante avec ses 277 chambres. Situé au centre de la vieille Havane, à deux pas du Capitole, il dispose de 5 salons de capacités différentes (de 14 à 60 personnes) et d’une salle de conférences pouvant accueillir 300 congressistes. Il possède, pour l’agrément de ses résidents, un excellent club de gym et une piscine sur le toit. Ses chambres sont très classiques et plus internationales que cubaines mais très confortables.
Autre option de l’offre hôtelière de La Havane, la chaîne Habaguanex, créée en 1994 et qui s’est imposée comme un incontournable du tourisme et désormais du tourisme d’affaires avec ses 17 hôtels, 33 restaurants et 60 bars. Les hôtels de charme, au cachet authentique et historique, ont tous une capacité de moins de 100 chambres qui se prêtent volontiers à des réunions de petits groupes. Pour un séminaire d’une vingtaine de personnes par exemple, l’hôtel Santa Isabela (27 chambres) est une pure merveille. Sa terrasse ou son beau patio sont autant d’endroits pour organiser des réunions privées. Les petits groupes seront charmés par la vue sur la Place des Armes qu’offrent la plupart des chambres de cet établissement 5*. Derrière la cathédrale, dans la vieille Havane, l’Hôtel del Tejadillo géré par la même chaîne est un ancien collège catholique et une authentique maison coloniale avec ses hauts plafonds, sa décoration en fer forgé et ses poteries. Le patio verdoyant peut être le lieu d’un cocktail de bienvenue.
Les options d’animations sont également possibles en sortant de la capitale. Le quartier de Miramar, à dix minutes en voiture du centre-ville, permet d’organiser par exemple des repas ou réunions autour de la piscine de la Villa Mansion, ou des animations cigare à la Quinta QY16, qui organise des dégustations de cigares avec démonstration de fabrication (chacun peut s’y essayer) et repas dans son restaurant très cubain, orchestre à l’appui.
Y aller
Les capacités du transport aérien ont longtemps été limitées à Cuba, elles se sont désormais élargies : Cubana (deux vols par semaine), Air France (7 vols/semaine), XL Airways (un vol hebdomadaire) seront rejoint à compter du 24 décembre par un nouveau vol hebdo de Corsairfly, la filiale aérienne du groupe TUI-Nouvelles Frontières. De quoi faire jouer la concurrence pour négocier des prix.
Incentive à Cuba
Sortir de la Havane, à Trinidad ou à Varadero
D’autres régions se prêtent également au tourisme d’affaires notamment la ville de Trinidad, au sud de l’île. Classée au Patrimoine de l’Humanité, elle regorge de lieux aisément privatisables. Le Palacio Brunet (Musée Romantique), le Palacio Cantero (le Musée Municipal de l'Histoire) ou le Palacio Iznaga sont les plus connus, il existe également quantité de demeures coloniales 18ème, au total une cinquantaine de palais aux couleurs bleue, rose ou verte dont les salles historiques et patios fleuris peuvent être investis à la demande par des groupes. A l’organisateur de dénicher l’exclusivité sur une de ces perles rares. Adresse insolite parmi d’autres, le Musée de spéléologie, abrité par une grotte de 220 mètres de long au cœur de la ville. Un voyage dans le temps et dans le centre de la terre !
L’île de Cuba, c’est aussi une image idyllique, celle des plages de sable fin et des couchers de soleil sur la mer des Caraïbes. « Un circuit classique à Cuba commence par deux jours culturels à la Havane et se termine par une pause reposante et décontractée de deux jours à la station balnéaire de Varadero », explique Nathalie Viricelle, chef des ventes à Havanatour.

Varadero est l’exemple type de station balnéaire offrant un gigantesque resort aux touristes. De grosses infrastructures de plus de 200 chambres sont disponibles pour les séminaires en grands groupes comme à l’hôtel Melia Las Américas (310 chambres) ou au Paradisius Princesa del Mar qui dispose de salles de réunions dotées de moyens audiovisuels. Pour les voyages incentives, Havanatour propose à Varadero des challenges sportifs, des olympiades qui renforcent la cohésion des équipes. Ce challenge peut être suivi d’une escapade en catamaran pour une virée en mer à destination d’un Cayo. Chaque catamaran a une capacité de 80 personnes. Sur place, un cocktail et un dîner attendent les participants, ainsi qu’un coucher de soleil sur la mer des Caraïbes, forcément inoubliable si le beau temps est au rendez-vous.
Combien est naturellement la question que se posent les organisateurs. A partir de 1090 € net pour une visite simple (3 à 4 nuits sur place) et où chacun sera libre d’organiser son temps. Entre 1600 et 2100 euros pour une version plus luxueuse. Des tarifs sans cesse en négociation selon l’offre et la demande. Mais le résultat est garantie. L’île est magique. A vous de jouer les magiciens.

Hortense des Dorides
hdd@voyageetbusiness.com
Annie Fave
af@voyageetbusiness.com
On peut aussi y penser

  • Faire broder les chemises cubaines traditionnelles, les Guyabera au logo de la puissance invitante. Préférer les modèles en coton, plus agréables à porter
  • Organiser la visite d’une fabrique de drapeaux cubains, à la sortie de la Havane. Pas mal d’autres modèles très révolutionnaires. Autorisation à demander à l’organisateur du séjour
  • Privatiser le bar d’Hemingway, la Bodeguita del medio (Empedrado 207 - +53 7 57 1375) pour un cours de Cuba Libre (en petits comités)
  • Privatiser un « paladar », un restaurant privé, ouvert chez l’habitant. Parmi eux, le désormais célèbre Guarida, à l’origine lieu de tournage de Fresa y Chocolate, transformé, depuis le succès du film, en restaurant. L’entrée ne paye pas de mine même si un somptueux escalier de marbre mène au premier étage. A partir de 35 €, vins compris - Calle Concordia, n° 418 – Tél. 00 53 7 880 49 40
  • A l’hôtel Ambos Mundos (au numéro 153 de la calle Obispo) s’arrêter à la chambre 511, première adresse d’Ernest Hemingway à Cuba où l’écrivain débuta notamment « Pour qui sonne le glas » puis finir sur le toit avec l’un des sosies reconnus de l’écrivain qui raconte la vie du maître sur l’île. Vue magique sur les toits de la Havane.