Jean-Pierre Drioux : « Pourquoi je ne demanderais pas le renouvellement de mon mandat d’administrateur de l’AFTM »

A la veille de l'Assemblée Générale de l'Aftm qui se déroulera le 3 avril prochain, Jean Pierre Drioux, TM de chez AXA, membre du Conseil d'administration de l'AFTM a pris la décision de quitter le CA de l'association. Il explique ici les raisons de sa décision. Comme pour toutes les Tribunes Libres publiées ici, ses propos n'engagent que leur auteur.

Alors que l’Aftm a fait appel à candidatures au Conseil d'Administration pour la prochaine Assemblée Générale, et suite aux très nombreuses sollicitations pour me représenter qui m’ont été faites par des collègues, fournisseurs, partenaires, je tenais à expliquer les rasons qui me poussent à ne pas demander le renouvellement de mon mandat au CA de l’AFTM.

Dans quelques semaines, je ferais valoir mes droits à la retraite après 42 ans de carrière. Dans sa séance du 11 Janvier 2012, le Conseil d’administration de l’Aftm en a pris acte et compte tenu de mes nouvelles disponibilités futures, je faisais alors une "offre de services" afin de consacrer une partie de ce nouveau "temps libre" aux futurs travaux de l’Aftm. Compte tenu du fait que, par ailleurs, j’organise avec DP les rencontres du « Lounge » (dont rappelons-le, la première a remporté un énorme succès avec pour invité Jean-Cyril Spinetta), cette "offre" a été rejetée. Et l'Aftm de préciser que mon implication «ne respecte pas les engagements et les règles de fonctionnement de l’association…Les Lounges constituent des événements concurrents de ceux de l’Aftm» (extrait du PV de cette réunion du CA).

Vous avez effectivement bien lu « concurrents» alors que l’Aftm reconnait que ce type de rencontres ne respecterait pas « les engagements de l’Aftm vis-à-vis de ses partenaires » (source PV de la même réunion du CA)…. Il m’a donc été demandé de «choisir mon camp» !

J’avoue avoir été abasourdi par cette question ! En effet, comment peut-on considérer dans ce milieu associatif qu’il puisse exister plusieurs partis opposés ? Des camps ? Des concurrences ! Pour cette raison, le conseil a alors émis le souhait que je ne me représente pas pour un nouveau mandat (textuellement dans le PV)

En fait il me semble que le motif réel ne se trouve pas là. Chacun sait que plusieurs membres du Conseil d’administration participent à une ou plusieurs associations du voyage d'affaires (ACTE, Marco Polo…). La véritable raison ne serait-elle pas dans mes prises de position sur les activités de l’Aftm ? J’ai toujours affirmé qu'elles ne répondaient pas suffisamment aux attentes de nos adhérents et partenaires. J'ai toujours souligné le manque de transparence dans le fonctionnement et la gestion de l’association. J'ai toujours souligné les dépenses inconsidérées, engagées sans l’avis de nos partenaires bienfaiteurs ! Et surtout sans l'avis du Conseil d’administration qui n’a eu au cours de l’exercice écoulé aucune présentation des comptes.

OUI, c’est vrai que j’ai dit que je ne comprenais pas l’objet de la soirée du 19 Décembre 2011. En l’occurrence, moment fort sympathique où l’ensemble de la profession se retrouve mais, comme beaucoup de participants, je me demande ce que venait faire au cours de cette soirée un défilé de mode, (est ce l’objet de l’Aftm de créer des talents dans ce domaine ?). Idem pour les interventions pathétiques et tristounettes d’un faux Coluche et d’une « simili » Sharon Stone en voie de décomposition (propos entendus) !

Autre question : pourquoi privilégier plusieurs des membres du Conseil d’administration pour se rendre aux réunions d’ACTE à Bruxelles ou San Francisco sans y associer nos adhérents ?

Bien que je me réjouisse que l’Aftm soit créateur d’emplois (à défaut de talents !), est ce bien raisonnable d’avoir deux salariées permanentes ?

J’ai récemment demandé à mes « amis »du Conseil d’Administration de me confirmer individuellement leur position quant au souhait de me voir démissionner. Je n’ai reçu absolument aucune réponse à l’exception d'un « copain » renommé pour son humanisme pragmatique ! Je tiens ici à l’en remercier. Quant aux autres, je ne suis pas réellement surpris par leur absence de courage. Fuyons ! Sans évoquer la courtoisie et politesse… Il est vrai que ces valeurs se perdent ! Je ne parlerais pas de la Commission Rencontres Paris dont j'étais responsable et dont les dernières actions se limitent à inviter des fournisseurs. Et l'Aftm s'étonne ensuite que ce sont toujours les mêmes participants qui sont présents à ces rencontres. En fait, à peine 10% des adhérents participent à ces soirées. Pourquoi ?

On m’a indirectement incité à me représenter malgré tout au Conseil. Je ne cherche pas la polémique et les tracas inutiles dans le cadre d’une action bénévole. Par conséquent et, comme on me l’a demandé, j’ai choisi mon camp : celui du TRAVEL MANAGEMENT, domaine dans lequel je souhaite toujours apporter ma contribution dans un climat serein constructif et concret dans un autre cadre que celui de l’Aftm. Mes « nouveaux anciens amis » seront heureux et satisfaits : le trublion est « sorti ».

Très sincèrement, j’espère que les dirigeants de l’AFTM se ressaisiront car la profession a besoin d’associations dynamiques et offensives et qu’ils laisseront aux « vestiaires » des egos surdimensionnés, des ambitions personnelles exacerbées et ridicules dans un milieu associatif, la vie et le climat de leur entreprise devrait leur suffire !

L'Aftm doit comprendre que les propos flatteurs de beaucoup de fournisseurs ne tiennent pas en privé. Que le poids des relations commerciales pénalise, à juste raison, l'expression de cette vérité. Il faut être vertueux et transparent lorsque les moyens de financement nous sont apportés par des fournisseurs que nous croisons quotidiennement, comme acheteurs, dans nos entreprises. Nous ne devons pas les hiérarchiser et les gérer en fonction des sommes qu’ils versent ou non à l'Association. Nous nous devons de les respecter.

Enfin il est indispensable que dans ce type d’associations les avis contradictoires soient admis.

Jean Pierre DRIOUX
2 mars 2012