L’Europe reconnaît que les compagnies aériennes mentent

Au risque d’être immodeste, nous sommes heureux d’avoir été les premiers à engager la contestation face aux fausses promesses commerciales de certaines compagnies aériennes qui avaient créé le «vrai faux gratuit». Les annonces, faites hier, par la communauté européenne en matière de protection du consommateur face aux dérives marketing sont sans appel. Selon la commission européenne «Il faut désormais lutter contre les pratiques douteuses dans le domaine».

L’Europe reconnaît que les compagnies aériennes mentent
Meglena Kuneva, Commissaire européenne à la Consommation ne veut pas donner de nom pour l’instant mais constate que sur 31 sites internet de compagnies aériennes examinés en France, 13 présentent des irrégularités flagrantes. Et de préciser qu' "Il faut éliminer les promesses répétées d'offres de billets gratuits ou à très bas prix qui ne sont pas accessibles lorsque l'internaute veut en profiter". Autre remarque : «Les options d'assurance ou de services supplémentaires sont précochées par défaut, piégeant le consommateur qui finit par acheter des services ou produits non désirés ou par retrouver son adresse électronique dans des fichiers d'envois promotionnels en nombre».

Ces deux points, largement commentés lors de la conférence de presse donnée ce mercredi 13 novembre, ne cachent pas les autres problèmes comme le non affichage du prix TTC du billet (qui ne mentionne généralement pas les taxes et frais annexes), les surcharges liées aux paiements par Carte Bancaire sans qu’aucun autre moyen de règlement ne soit proposé, ou encore l’absence d’information sur les droits et procédure d’annulation, de transfert ou de modification de dates d’un billet. Bref, la commission laisse entendre qu’elle va légiférer et imposer un processus de communication plus clair.

Selon les premières indiscrétions, on irait vers une obligation de signaler clairement sur un site internet les dates et horaires de vol disponibles pour les billets promotionnels gratuits ou à bas prix. Idem pour le montant des taxes qui devra être intégré aux tarifs compétitifs proposés. L'étude ne cite aucune compagnie aérienne en particulier, mais la commissaire européenne annonce que « si rien ne change rapidement, elle fera publier d’ici fin janvier la liste des entreprises concernées».