L’IA des voitures autonomes doit-elle choisir les victimes en cas d’accident ?

La question peut sembler brutale, elle a pourtant fait l'objet d'une enquête menée par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) qui vient d'être publiée par la revue Nature. Selon cette étude, un grand nombre de personnes souhaitent que l'intelligence artificielle des voitures autonomes favorise la vie de certains types de profils sur d’autres en cas d’accident.

C’est une enquête mondiale, réalisée auprès de plus de deux millions de personnes dans 200 pays, qui a révélé ces résultats. Les gens souhaiteraient qu’une échelle de priorité des vies soit établie par les intelligences artificielles (IA) des voitures autonomes pour la prise de décisions éthiques ou morales majeures. Des résultats qui pourraient avoir une grande influence sur la législation et les choix des constructeurs dans le futur.

La majorité des humains privilégieraient la protection de la vie des jeunes et des personnes en bonne santé à celle des anciens et des malades si un choix devait être fait lors d’un accident de voiture. Cette tendance dans les résultats est quelque peu variable selon les pays. Ainsi, les personnes d’Asie sont par exemple moins favorables au sacrifice des anciens.

Cette enquête pose en fait la question de la hiérarchisation des vies. La capacité des IA à faire preuve d’une rationalité et d’une froideur encore supérieure à la nôtre nous poussera à devoir programmer leurs choix en cas d’accident dans les années qui viennent.