Le bien-être des voyageurs (souvent) négligé par les travel managers

Le bien-être et la satisfaction des voyageurs constituent la troisième priorité des travel managers après le contrôle des coûts et le duty of care d'après la nouvelle enquête réalisée par BCD Travel, l'un des acteurs principaux sur le marché du voyage d'affaires..

Pour cette étude, BCD a interrogé 53 travel managers du monde entier. 72 % des sondés indiquent l’attraction et la rétention des talents comme étant la première raison de l’importance du bien-être des voyageurs. Néanmoins, le bien-être des voyageurs est souvent négligé dans les politiques voyage.

Alors que 55 % des sondés pensent que leur entreprise dispose d’un programme de bien-être pour l’ensemble de leurs collaborateurs, seuls 11 % ont mis en place ce programme pour les voyageurs.

Les résultats de l’enquête mettent en évidence un écart important entre les facteurs de bien-être que les travel managers considèrent comme essentiels, et ceux réellement mis en place, notamment en ce qui concerne la santé et l’équilibre vie professionnelle-vie privée.

Résultats de l’enquête :
-95 % des sondés pensent que les recommandations des restaurants proposant des menus équilibrés sont importantes, mais seules 14 % des entreprises en fournissent.
-90 % des sondés pensent qu’un soutien psychologique pour les voyageurs est nécessaire, mais seuls 14 % des entreprises en ont mis un en place.
-90 % des sondés estiment qu’être en congé après un long voyage est essentiel, mais seuls 17 % des entreprises l’admettent dans leurs politiques voyage.

L’enquête révèle également que des améliorations sont encore possibles pour réduire les écarts entre la politique et les attentes des voyageurs en matière d’initiatives liées au bien-être en avion et à l’hôtel:
-Plus de 83 % des répondants jugent que les surclassements en avion sont importants pour voyager, mais seuls 29 % des politiques voyage le permettent. Quant aux surclassements des chambres d’hôtel, la situation reste sensiblement la même : 82 % contre 18 %.
-78 % des personnes interrogées déclarent que l’accès au bar est important, mais seuls 22 % des entreprises l’incluent dans leurs politiques voyage.
-76 % affirment qu’il est essentiel d’éviter de voyager le week-end. Pourtant, seules 36 % des entreprises en font une règle de leur politique voyage.

" Les voyages d’affaires peuvent être épuisants ; les voyageurs sont en terre inconnue. L’éloignement du confort de l’environnement familier influence leur bien-être et leur joie. Ce n’est absolument pas le même quotidien", explique l'un des cadres de BCD Travel. "Les recherches montrent que le bien-être des voyageurs peut être assuré grâce au surclassements des sièges, à des recommandations de restaurants ou des réservations dans des hôtels dotés d’équipements sportifs."

Il est donc essentiel, aujourd'hui, pour les travel managers d'intégrer ces données dans leur politique voyage. L'enquête évoque d'ailleurs plusieurs pistes allant en ce sens.
-Intégrer les initiatives de bien-être des voyageurs dans les négociations annuelles avec les fournisseurs. Inclure l’accès au bar et les surclassements dans les discussions.
-Mesurer la satisfaction des voyageurs à l’aide d’enquêtes régulières, et intégrer plus de sources de données provenant de tiers. Revoir sa politique voyage, et inclure plus d’offres de bien-être en fonction des données analysées.
-Ajouter à son programme des hôtels dotés d’équipements sportifs et de bien-être.
-Ajouter des recommandations d’options alimentaires saines sur les destinations les plus fréquentées par les voyageurs.
-Soutenir la productivité des voyageurs et les tenir informés pendant leur voyage grâce à des alertes et à des messages personnalisés.

Le bien-être du voyageur, la bienveillance de son entreprise et des rapports professionnels considérant la "donnée humaine" comme un élément de valeur pour l'entreprise, il ne s'agit, ni plus ni moins, que de créer un environnement épanouissant ou chacun, heureux, révélera la pleine puissance de ses compétences. Comme si l'on découvrait que tout va mieux lorsque l'on est content de son sort. On n'en finit pas de réinventer la roue.


Plus de détails sur cette enquête en consultant l'infographie disponible (en anglais) sur le site de BCD Travel.