Le rapport qui fait douter d’Air France

Selon Le Nouvel Observateur qui est parvenu à obtenir un rapport confidentiel évaluant les équipages d’Air France, les pilotes ne seraient pas bons. Présenté le 4 octobre à des navigants et syndicalistes triés sur le volet, le document est depuis bouclé dans un bureau. Seuls les commandants de bord ont le droit de le consulter mais à condition de venir sans téléphone et sans appareil photo.

Le rapport qui fait douter d’Air France
De février à mars 2011, Air France a étudié le travail de ses navigants en suivant la méthode "Line Opération Safety Audit" (LOSA) de l’université américaine d’Austin, au Texas, souvent utilisée par les compagnies américaines. Pendant deux mois, 40 pilotes ont ainsi évalué leurs collègues sur 420 vols. Les conclusions étaient attendues par la profession depuis, pour être finalement présentées dans le plus grand secret à une centaine de navigants et syndicalistes, le 4 novembre dernier. "Le Nouvel Observateur" qui a réussi à se procurer une copie dévoile dans ses pages du 17 novembre que derrière ce silence se cache des mauvais résultats. Une grosse disparité de qualité de travail existe dans le cockpit. Ainsi, bien qu’ayant une majorité de très bons éléments dans ses équipages, la compagnie aurait davantage de mauvais pilotes que ces concurrentes. Un problème de connaissance ou d'apprentissage déjà soulevé… peu avant le crash du Rio-Paris, qui a entraîné des questionnements sur les formations d’Air France. Des bruits venant d’Airbus avaient alors indiqué que les rapports d’incident chez la compagnie étaient quatre à cinq fois supérieurs à la normale.