Le tout électronique prend du retard

Prévu pour le 1er janvier dernier, le "tout électronique" prôné par les compagnies aériennes et leur association internationale (IATA) a pris du retard. La dématérialisation totale du billet d'avion ne devrait débuter qu'en juin prochain.

Le tout électronique prend du retard
Finis les billets papiers qui coûtent chers... Bonjour le tout électronique, plus souple, facilement vérifiable et, à priori, infalsifiable. Cette idée développée par les compagnies aériennes du monde entier, et qui déroute les générations les plus anciennes habituées au bon vieux papier, a donc pris du retard en raison de quelques soucis de développements numériques dans une vingtaine de compagnies.

Si tout va bien, c'est au 1er juin prochain que devrait être mis en place le billet électronique pour tous, déjà adopté par 68% des compagnies mondiales. But avoué : une économie annuelle de 3 milliards de dollars. Côté pratique pour le voyageur, cela devrait se traduire par un raccourcissement du délai entre l'achat du billet et l'heure d'embarquement. Seul souci aujourd’hui : expliquer au pays en voie de développement, et peu habitués à l’internet, la nouvelle façon d’utiliser le billet d’avion.

A noter que IATA développe également l'introduction de la biométrie dans ses projets à 5 ans avec comme objectif la sécurisation des données personnelles du voyageur.