Le voyageur d’affaires 2.0.12

Le monde du travail a changé. Et il continue d’évoluer tous les jours. Au-delà des grandes tendances macro-économiques (globalisation, montée en puissance des pays émergents...), les entreprises connaissent de profondes mutations internes et la notion même de voyageur d’affaires s’en trouve modifiée. Analyse de Jérôme Fouque, Directeur Général Egencia France.

Le voyageur d’affaires 2.0.12
Le déplacement des usages
L’arrivée de la génération Y notamment a bousculé les codes jusque-là établis. Les collaborateurs, désormais familiers avec les technologies de l’information dans leur vie personnelle, développent une autonomie qu’ils souhaitent retrouver naturellement dans leur vie professionnelle. Les nouveaux outils de communication, ainsi que la mobilité accrue des salariés, contribuent à l’atténuation de la frontière entre ces deux sphères - personnelle et professionnelle. Leur satisfaction au travail s’évalue à l’aune de deux critères majeurs : l’autonomie et la liberté dont ils disposent dans l’exécution de leurs missions ; la volonté de faire les choses de manière intelligente et efficace. Cette tendance crée de fortes attentes quant aux moyens mis à disposition par l’employeur. En parallèle, l’entreprise tente de s’adapter à ces évolutions. La constante pour elle reste la recherche de plus d’efficacité opérationnelle et de maîtrise des dépenses.

Comment cela se manifeste-t-il dans le monde du voyageur d’affaires ?
Par exemple par l’incompréhension voire la frustration de ne pas pouvoir disposer d’une émission de billets 7/7 24/24 ou d’une recherche à + 2 jours/- 2 jours, alors qu’il y est habitué sur les sites de voyages loisirs. Ou encore par la volonté de disposer d’applications mobiles sur son smartphone.

Comment concilier les exigences de l’entreprise avec les nouvelles aspirations de ses collaborateurs ?
C’est là que l’agence de voyages d’affaires a un rôle à jouer. Par essence même, sa mission est de proposer la meilleure expérience possible, et ce, à l’ensemble de ses utilisateurs (voyageurs ; Travel Managers ; bookers...). Cela passe par l’exploitation de l’innovation et de la technologie qui permettra de, conjointement, développer l’efficacité des entreprises et rendre le travail des collaborateurs plus facile et enrichissant (réservation intuitive et rapide, voyage conforme à la politique voyage mais agréable et confortable...). Pour résumer, un outil facile d’utilisation permet une meilleure adoption et, in fine, l’atteinte des objectifs de l’entreprise.

L’expérience utilisateur au cœur du voyage
Concrètement, cela se traduit par une expérience utilisateur réussie :
1. Les principes des sites de voyages grand public sont repris: formulaires de recherche simples, matrice de résultats avec une information exhaustive et structurée, des cartes Google.
2. Y sont ajoutées des fonctionnalités spécifiques aux besoins des entreprises : informations sur la politique voyages (conformité ou non de la réservation) et sur divers éléments du voyage en lui-même (entre autres, indicateur du tarif aérien moyen pour un trajet, localisation des filiales, services hôteliers inclus dans le tarif négocié, sécurité des passagers).

Fournir un outil de réservation simple est donc primordial pour une TMC, mais cela ne suffit plus. Aujourd’hui, avec l’autonomisation et la mobilité croissante du voyageur d’affaires, elle doit également développer des services focalisés sur ce groupe d’utilisateurs. Ceux-ci s’articulent autour de trois enjeux majeurs : continuer à simplifier et optimiser le process de réservation via un outil de réservation ergonomique, enrichir l’expérience du voyage mais également l’expérience d’achat du voyage en tant que tel, et pour finir assurer la connectivité des autres outils disponibles (notamment en termes de sécurité, de mobilité et de contrôle des coûts).

Pour conclure, l’exploitation de la technologie peut réellement améliorer le service aux utilisateurs tout en répondant aux objectifs de l’entreprise. Il est important de concevoir ces outils à travers le prisme de l’expérience de l’ensemble des utilisateurs. C’est ainsi que les TMCs rempliront pleinement leur rôle et s’avéreront indispensables à la bonne gestion des voyages d’affaires tout en satisfaisant les nouvelles aspirations des salariés en déplacement.