Location de voiture, le no show sanctionné


Avis se risque à être le premier loueur de voitures à sanctionner les clients qui ne respectent pas leur engagement de location : un client qui ne se présentera pas au comptoir dans les 24h de sa réservation se verra facturer 40 € TTC. La mesure, lancée dans un premier temps et avant l’été dans le secteur du loisir, sera ensuite étendue à la clientèle affaires.

Location de voiture, le no show sanctionné
« C’est une indemnité de no show », justifie Laurent Salanié, Directeur Marketing et ventes Loisirs pour Avis France, « Il y a près de 10% de la clientèle qui ne vient pas chercher les véhicules réservés, ce qui accentue le degré d’incertitude pour la gestion de notre parc puisque nous nous refusons à pratiquer le surbooking. Cette sanction est plus une façon de sensibiliser le client que de le sanctionner, puisqu’on lui donne 24h après la date annoncée de sa réservation pour nous prévenir ». Concrètement, les clients devront indiquer à la réservation un numéro de carte bleue, comme ils le font pour un billet d’avion ou une chambre d’hôtels. La mesure n’est pas vraiment contraignante pour le client puisqu’il lui suffit de téléphoner dès le moment où il sait qu’il ne prendra pas le véhicule pour ne pas être sanctionné. La mesure, initiée au Royaume Uni, sera pratiquée dans toute l’Europe avant l’été dans le secteur de la location de loisirs avant d’être étendue, avant la fin de l’année, au secteur du voyage d’affaires.
Location de voiture, le no show sanctionné
Pionnier de son secteur

Etre le premier à lancer le mouvement n’inquiète pas vraiment Laurent Salanié : « C’est un changement d’habitudes, c’est vrai, mais les clients connaissent ce genre de sanction, pour leurs billets d’avion comme pour la SNCF. Ce n’est pas comme si nous étions les premiers de l’ensemble du marché. C’est une question de logique industrielle, de bonne gestion que les clients peuvent comprendre. On leur demande de nous prévenir simplement pour que nous puissions mieux gérer notre parc, et cela nous permet de garder des prix serrés dont ils peuvent bénéficier ». Une nouvelle source de revenus pour le loueur de voitures ? « Non, nous ne pensons pas tirer un bénéfice de cette sanction no show mais au contraire, à l’heure où chacun essaie de mieux gérer son entreprise, nous espérons mieux rentabiliser notre parc de cette façon et éviter les voitures bloquées inutilement, source de pertes ». Première société du secteur à franchir le pas, Avis estime que son initiative devrait rapidement être imitée par ses confrères et concurrents qui ne la pratiquent pas encore, mais aussi par tous les opérateurs en ligne : hôteliers, compagnies aériennes ou de croisières, etc.