Milano expresso

Milan compte moins de 2 millions d’habitants et pourtant, à les croire, ce sont eux qui font tourner l’Italie tout entière : «Turin a les mains dans le cambouis, Rome se perd dans la politique, Florence est un plaisant musée de plein air, Naples passe son temps à implorer le ciel…», se confie-t-on au secret […]

Milano expresso
Milan compte moins de 2 millions d’habitants et pourtant, à les croire, ce sont eux qui font tourner l’Italie tout entière : «Turin a les mains dans le cambouis, Rome se perd dans la politique, Florence est un plaisant musée de plein air, Naples passe son temps à implorer le ciel...», se confie-t-on au secret des bistros milanais, pour aussitôt se féliciter d’être parmi les ténors du business européen. Vrai. La ville abrite en effet Mondatori, Berlusconi, de Benedetti, Benetton, Olivetti, Pirelli, Alfa Romeo et les plus grands couturiers du jour. Sans oublier les stars du football que se disputent les meilleurs ennemis du monde que sont le Milan AC et l’Inter de Milan.
Milano expresso
Son charme, elle le tient plus de son incessante activité que de son patrimoine historique dont les trésors se limitent au centre-ville. Elle tient ce caractère de sa géographie. La région sur laquelle elle règne, la Lombardie, est traditionnellement une locomotive. Du Nord de l’Italie, celle de toutes les richesses, mais tout autant du Sud du pays, dont les campagnes bénéficient des retombées de la manne. Mais attention, le moteur milanais compte les tours en version chic. Les usines, c’est pour Turin. Ici, à l’abri de façades qui ne manquent jamais d’allure, on parle finances, design, entreprise au sens premier du terme. Bref, Milan joue dans la soie, dans l’intelligence et le raffinement. Partout, ce sont courses folles et rendez-vous pressés. Place à l’énergie, au talent, à la divine intuition. Car si Milan aime faire des affaires, elle exige tout autant de les conduire à sa manière, dans un cadre à taille humaine où les femmes, surtout les femmes, et les hommes, sont invités à exprimer leur originalité. Du reste, dans le pays, on concède à Milan le label de « La ville où tout peut s’imaginer ». C’est dire si la richesse s’y développe dans un immense champ des possibles, au milieu duquel chacun doit faire preuve de créativité, d’astuce et d’initiative. Bref, de liberté. Car Milan tient à son code d’honneur. Et il est fort. On s’en est rendu compte dans l’avion qui allait se poser sur les pistes de Malpensa : tous les passagers, brindille griffée Prada ou quadra en Dolce & Gabbana, tous affichant l’air de rien, tous posant la séduction comme vertu initiale de leur talent. Quelques heures plus tard, on les retrouve en ville, installés dans les officines, banques, édition, ateliers de mode, studios de télévision, ateliers d’accessoires automobiles, bureau de design, site Internet…, qui révèlent la crème du talent italien. Œil de velours, bottillon chic et séduction en bandoulière. Un(e) Latin(e) ne se refait pas.

Marc de la Vaissière
info@voyageetbusiness.com
A faire, à ne pas faire…
  • La journée italienne a du mal à démarrer avant 10 heures. Elle peine aussi à se terminer sans passer par la case restaurant à compter de 22 heures. Entre-temps, prévoir une bonne dizaine d’expresso noir d’encre.
  • Vêtement impeccable obligatoire. Milan est la capitale de la mode italienne et tous les habitants de la ville se considèrent comme ses ambassadeurs…
  • Lors des réunions d’affaires, il importe d’ adopter l’esprit italien : pragmatisme, flexibilité, capacité à improviser... Le tout, dans une ambiance charme et séduction.
  • Ne pas oublier non plus que les Italiens adorent la frime et la démonstration : mobile dernier cri, verbe haut, vêtement de marque, 4X4 allemand ou coupé rouge stationné devant la porte…
  • Le mode convivial suggère vite de s’appeler par son prénom, le tu et toi, l’accolade.
  • Ne jamais imposer son opinion de manière péremptoire. En Italie, on aime l’individualisme et, à l’inverse, on se méfie du bien-pensant collectif. Le dissident a toujours la cote, par principe.
  • Se révéler expert des gloires italiennes, stars du football, voitures de luxe, gastronomie et vins, mode et design, histoire antique, cinéma…, est évidemment un plus.
  • Etre ponctuel aux rendez-vous, sachant qu’il faudra sans doute attendre les retardataires.
  • En soirée, ne pas hésiter à inviter ses partenaires pour le dîner. C’est une pratique courante et appréciée. Attention, la nuit peut alors être courte.
A VOIR SI VOUS AVEZ….

Une heure
Direction la place du Dôme, le Duomo. C’est là que se dresse la cathédrale, une des plus belles du monde, véritable dentelle de pierres dont les plus anciennes ont été posées au XIVème siècle. L’intérieur est aussi impressionnant que l’extérieur. Emotion en mode majeur garantie. Tout autour, boutiques chics et terrasses élégantes, ainsi que la très élégante galerie Victor-Emmanuel II.

Une journée
A la visite de la cathédrale, ajouter celle du château Sforzesco dont les murs passent en revue tout le génie italien de la peinture, de la sculpture, des fresques… Ensuite, visite du grand cimetière : il est aussi délirant que notre Père-Lachaise.
En soirée, réserver un fauteuil à la Scala. Les Milanais adorent l’art lyrique. Donc, les places sont difficiles à trouver, mais la programmation est invariablement très huppée. Dans un autre genre, réserver sa place dans les tribunes du stade San Siro, celui que se partagent le Milan AC et l’Inter de Milan. Mais attention, avant de s’asseoir, il faut choisir son camp.

Un week-end
Il suffit de regarder la carte de l’Italie pour comprendre que le temps manquera forcément, y compris pour ne voir que l’essentiel. Alors, il faut choisir. Pavie et le château des Visconti est juste à côté. Le circuit de Monza est dans la grande banlieue de Milan. La charmante Bergame est à une heure de route. Surtout, on visera sans hésiter les lacs qui sont tout au nord de la Lombardie, aux portes de la Suisse. Lac Majeur (sur lequel flottent les superbes îles Borromées) et lac de Côme, en toute priorité. Mais Vérone et le lac de Garde ne sont pas beaucoup plus loin. Superbes paysages, hôtels de charme et tables à se damner de spaghetti al dente ou de tiramisu maison. Promesse assurée de revenir un jour.
Pratique

Y aller Air France (36 54 et www.airfrance.fr) et Alitalia (0 820 315 315 et www.alitalia.fr) assurent plusieurs vols quotidiens entre Paris et Milan. Ils durent 1h30. Voir également easyJet (0 825 825 08 et www.easyjet.com), vueling (0 820 820 965 et www.vueling.com).

Heure Il n’y a pas de décalage horaire entre France et Italie.

Formalités Pas de formalités particulières d’entrée pour les Français.

En ville L’aéroport Milan Malpensa est à 45 kilomètres du centre-ville. Il faut presqu’une heure en taxi.
 
  • La monnaie locale est l’euro.
 
  • Langue : italien, anglais pour les affaires, mais nombreux Italiens parlant le français.
lSe renseigner : Office national du tourisme italien (01 42 66 03 96 et [www.enit-france.com