Patrick Malval, British Airways: « Nos offres évoluent vite et se simplifient pour les voyageurs d’affaires »

101

Bousculée il y a quelques mois encore par des grèves qui ont fortement perturbé son activité, British Airways développe une combativité commerciale qui l'a conduit à se développer sur tous les segments du transport aérien. La fusion avec ibéria ou l'accord avec American Airlines ouvrent de nouvelles perspectives dans un monde concurrentiel où la bataille transatlantique est l'un des éléments clés du développement des compagnies européennes. Pour Patrick Malval, le directeur commercial de la compagnie, il faut désormais développer une réelle lisibilité des offres de British Airways pour simplifier les demandes des voyageurs d'affaires et de leurs acheteurs.


Déplacements Pros : L'annonce de l'ouverture d'une ligne au départ d'Orly vers Heathrow marque t-elle le début d'une nouvelle stratégie de British Airways à Paris ?

Patrick Malval : Oui et non. Nous avons déjà exploité de 1992 à 2000 des lignes régulières au départ d'Orly vers Londres en utilisant les slots d'Air Liberté qui était une propriété de British. Aujourd'hui, nous avons pu bénéficier de slots non utilisés par une compagnie du groupe, OpenSkies. Il ne s'agit pas de la dépouiller mais d'emprunter temporairement les créneaux non utilisés. Demain, peut-être, nous pourrions trouver des accords avec Iberia pour augmenter le nombre de vols qui - idéalement - devrait passer de deux à trois par jour. Il est clair que nous allons nous appuyer sur la présence d'Iberia pour assurer le développement de cette ligne. C'est à la fois un retour de British Airways à Orly mais aussi la volonté d'être présent sur les deux plates-formes aéroportuaires parisiennes.

Déplacements Pros: Les différents accords engagés ces dernières semaines, que ce soit avec American Airlines ou dans le cadre de la fusion avec Iberia, vont vous conduire à modifier vos ouvertures de ligne?

Patrick Malval : Oui, pour les optimiser. Et d'ailleurs l'un des premiers services mis en place est celui qui nous permet d'assister nos voyageurs en transit dans l'un de nos hubs. A Londres, nous avons embauché 40 personnes qui sont chargées d'assister les voyageurs, toutes classes confondues, dans leurs différentes opérations de transit. Nous avons appliqué le même système à Chicago et a priori, nous le ferons à Roissy ou à Orly en fonction des besoins rencontrés par notre clientèle.

Déplacements Pros : Tous ces accords ne sont-ils pas complexes à gérer ?

Patrick Malval : Je crois qu'il faut d'abord réfléchir en terme d'avantages pour les voyageurs. Je prends un exemple très simple. Pour quelqu'un au départ de Toulouse qui voudrait se rendre aux États-Unis, l'offre se démultiplie. Il pourra passer par Londres pour un vol direct vers la destination de son choix mais pourquoi pas par Madrid avec Iberia ou même Barcelone si le vol qui l'intéresse existe au départ de cette destination. Nous allons donc repenser l'offre globale et optimiser nos horaires pour offrir un plus grand nombre de choix aux voyageurs et leur simplifier au maximum la réservation des vols. Il faut voir nos différents accords comme autant de possibilités supplémentaires accordées à nos clients pour se déplacer partout dans le monde. C'est ce qu'ils nous demandent et ce que nous leur proposons désormais, que ce soit avec Iberia ou American Airlines. L'optimisation globale devrait être terminée en septembre 2011 avec une application totale des codes shares entre nos différentes compagnies.

Déplacements Pros : N'y a-t-il pas confusion entre votre offre et celle de l'alliance à laquelle vous appartenez, oneworld ?

Patrick Malval : On pourrait le croire, mais notre travail a été de simplifier les bénéfices de la fusion et de nos accords avec American Airlines au sein de l'alliance, afin d'offrir plus de choix, plus de simplicité et une plus grande lisibilité des offres que nous proposons dans le cadre de l'alliance.

Déplacements Pros: L'an dernier à la même époque, nous parlions beaucoup de Best Buy, qu'en est-il aujourd'hui ?

Patrick Malval : Globalement, les choses évoluent même si nous constatons pour l'instant les mêmes réflexes d'économies et d'optimisation des achats que ce que nous constations en 2009. Il est clair que dans le cadre des contrats Corporate, leur utilisation n'est pas systématique si un meilleur prix est proposé par la compagnie aux dates choisies pour voyager. Nous nous sommes adaptés à cette méthode d'achat et nous avons tout naturellement optimisé nos tarifs. Nous continuons à le faire aujourd'hui mais plus à 10 jours comme l'an dernier. Pour avoir un tarif agressif, il faut désormais s'y prendre trois ou quatre semaines à l'avance. Cela ne veut pas dire, malgré l'optimisme que nous constatons et l'amélioration attendue de notre croissance pour 2010 et 2011, que nous avons une visibilité parfaite sur les prochains mois. Nous ne sommes pas à l'abri d'une crise économique et nous restons prudents sur l'augmentation de nos capacités et le développement de nos lignes. Aujourd'hui ce qui est certain, c'est que nous ne perdons plus de clients grâce à la possibilité d'utiliser la capacité de nos partenaires pour répartir les voyageurs sur l'ensemble des vols qui sont à notre disposition. C'est bien évidemment l'intérêt de nos accords et de la fusion engagée avec Iberia.

Déplacements Pros : Globalement, vous restez donc plutôt optimistes pour 2011 ?

Patrick Malval : Optimiste et prudent, il y a incontestablement un vrai développement de British Airways engagé depuis quelques mois. Le climat social semble s'apaiser et on constate une grande fierté du personnel face aux grands projets annoncés. Nos clients ont perçu la stratégie de développement mis en place et nous suivent, ce qui est très positif pour nous.

Propos recueillis par M.L.