Pilotes chinois : au moins 200 ou 300 CV trafiqués

La presse chinoise fait ses choux gras d’une information émanant des autorités de l’aviation civile, qui révèle que les pilotes chinois n’auraient pas toujours les diplômes qu’ils prétendent avoir. Si les heures de vol ou les diplômes ne sont pas mises en cause, ce sont des erreurs grossières sur les certifications obtenues et les heures de vol qui attirent l’attention des inspecteurs.

Pilotes chinois : au moins 200 ou 300 CV trafiqués
Selon le rapport des autorités chinoises révélé par la presse, ce sont les pilotes de Shenzhen Airlines, propriétaire de Henan Airlines qui détiendraient le record de fausses compétences. Mais toutes les autres compagnies sont montrées du doigt et des opérations de vérifications des diplômes et des acquis professionnels devraient commencer avant la fin du mois de septembre. L’aviation civile chinoise précise cependant qu’aucun des pilotes qui vole à l’extérieur du pays n’est concerné par cette enquête. Rassurant, non ?