Pour BCD Travel, le low cost européen s’inspire largement du low cost américain

Une étude réalisée par Advito et BCD Travel, révèle que comme aux USA, les compagnies aériennes transfèrent leurs activités court-courriers à leurs filiales low-cost. De fait, les compagnies à bas prix sont les principales responsables de la croissance des capacités dans l’aviation européenne.

Dans sa dernière mise à jour de l’Industry Forecast, Advito signalait "l’arrivée d’une tendance nord-américaine. Les compagnies aériennes telles qu’Iberia et Lufthansa confient leurs court-courriers à leurs filiales low-cost. Les voyageurs d’affaires qui réservent des vols domestiques ou des court-courriers ont donc le plus souvent affaire aux compagnies lowcost". Advito soulignait également la montée en puissance des frais ancillaires, venus des USA. A ce jour, ils englobent généralement les surtaxes de carburant, les frais de bagages ou d’utilisation d'une carte de crédit. Pour répondre à ces tendances commerciales, BCD conseille aux aux chargés de voyages "de continuer à négocier et de rester attentifs aux frais ancillaires". Et Valérie Sasset, Directeur Général BCD Travel France de confirmer que "Le coût total d’un voyage d’affaires peut donc fortement augmenter, parfois jusqu'au double du prix du ticket». Et de donner des exemples : sur les vols régionaux de la compagnie HOP!, Air France a rendu payants les bagages en soute et les services sont devenus optionnels. L'offre Basic ne permet pas de modifier la réservation, de cumuler des miles, ni d'accéder aux versions numériques des quotidiens régionaux. Cette naissance du "voyage à la carte", soulignée par Advito et BCD devrait conduire à une nouvelle approche de l'achat du transport aérien, bien différencié en deux mondes : d'un côté le domestique et le court courrier et de l'autre le long courrier plus maitrisé par les entreprises.