Redevances aéroportuaires, « double caisse » : ce que pense le PDG de Vinci

Interrogé ce jeudi par quelques journalistes en aparté de la conférence de presse présentant les résultats financiers 2017 du groupe, Xavier Huillard, le PDG de Vinci (membre du conseil d’administration d’ADP), a fait part de sa position sur ces deux sujets et La Tribune y était. Les compagnies risquent de tousser. Sans surprise, le discours […]

Interrogé ce jeudi par quelques journalistes en aparté de la conférence de presse présentant les résultats financiers 2017 du groupe, Xavier Huillard, le PDG de Vinci (membre du conseil d'administration d'ADP), a fait part de sa position sur ces deux sujets et La Tribune y était. Les compagnies risquent de tousser. Sans surprise, le discours n'est pas très différent de celui de la plupart des gestionnaires aéroportuaires, et d'ADP en particulier.
Sur les redevances aéroportuaires, qui servent à financer le service rendu et les investissements des aéroports, "Xavier Huillard estime que leur montant n'entraîne pas de distorsion de concurrence dans la mesure où chaque compagnie présente sur un aéroport paie les mêmes tarifs, explique La Tribune. Par ailleurs "Les compagnies ne devront donc pas compter sur Vinci (et sur n'importe quel autre gestionnaire aéroportuaire) pour remettre en cause la double caisse, qui améliore la rentabilité et la valeur boursière du groupe". La logique de cette position est à lire dans le journal économique en ligne.