Un ancien président SNPL appelle à travailler « comme partenaires, pas comme adversaires »

Christian Roger, pilote de Boeing 747 d'Air France et Président de la branche Air France du SNPL entre 1986 et 1990, publie sur son blog un article qui, en retraçant en partie l'historique de la compagnie ces dernières années, fait un bilan instructif sur la façon de remettre les gaz. Bien intéressant et détaillé.

Bien au-delà de donner des bons et des mauvais points, ce qu'il ne prive cependant pas de faire, l'ancien pilote d'Air France, Christian Roger prend le recul nécessaire pour faire en creux un bilan de l'aérien ces dernières années et surtout une analyse sur l'avenir. Dans son article qui ne manque pas de piquant ou de coups de pattes, Christian Roger évoque le dialogue social en cours et s'inquiète de voir que, contrairement au passé, le dialogue social semble s'établir "entre adversaires". Dressant le portrait des différents dirigeants d'Air France qu'il a rencontré au cours de sa carrière, il considère que malheureusement le Président Spinetta - qu'il semble par ailleurs apprécié - a mésestimé la concurrence des low cost qui taillent aujourd'hui des croupières à la compagnie. Il n'hésite pas à parler du "sureffectif notoire du personnel au sol", précisant "Mais encore faut-il qu’on licencie ceux qui doivent l’être et selon mes informations, des citadelles sont toujours aussi bien pourvues qu’une armée mexicaine, pendant que certains services sont « aux taquets » et ceci a contribué à l’exaspération du personnel".
Parmi les coups de pattes, quelques uns sont adressés au Président actuel, mais surtout il appelle à un dialogue social constructif, évoquant dans cette analyse très complète des sujets aussi sensibles que la productivité des pilotes, les taxes aériennes et la concurrence des compagnies du Golfe. Bref, c'est Quo Vadis Air France...