Un nouveau volet dans l’enquête de Bruxelles contre Google : Android

La position dominante de Google dans l’internet s’accompagne t- elle également d’une position trop forte dans les Smartphones ? C’est en tous cas la thèse qui préoccupe Bruxelles, qui mène l’enquête. Selon le Commissaire européen à la concurrence, Google pourrait bloquer le marché des applications mobiles. Dans tous les domaines, y compris le voyage d’affaires.

Un nouveau volet dans l’enquête de Bruxelles contre Google : Android
Manifestement, l’internet n’est pas la seule préoccupation de Bruxelles et le New York Times révèle un autre volet de l’enquête en cours contre Google, dans le domaine cette fois du téléphone mobile. Il y a bien longtemps que la Commission européenne a des soupçons, ils ont été alimentés par une plainte du groupement FairSearch, le groupement qui rassemble les concurrents de Google (Microsoft, Nokia, Oracle, TripAdvisor, Expedia...). FairSearch accuse Google d'utiliser Android comme un moyen déloyal pour imposer ses services au travers des applications installées par défaut. L'OS mobile de Google dispose 70 % de part de marché dans le monde sur les smartphones. Le commissaire à la Concurrence, Joaquín Almunia, a pris acte des fondements de ce recours : les fabricants télécoms qui souhaitent intégrer Android dans leurs terminaux seraient tenus de mettre en avant, sur l’interface utilisateur, les applications Google. De quoi alimenter l'épais dossier de griefs que Bruxelles accumule contre le moteur de recherches.