Une association de riverains attaque le projet d’extension de Lyon St Exupéry

L'association de défense des riverains de l'aéroport de Lyon St Exupéry, ACENAS, a indiqué le 7 septembre 2015 qu'elle allait engager une action en justice contre le développement des infrastructures de la plate-forme dans la Plaine de Saint-Exupéry. Son avocat a déposé un recours au tribunal administratif de Lyon contre la modification de la directive territoriale "Plaine de St Exupéry" (DTA) qui réaffirme la possibilité d'extension à 4 pistes de l'aéroport.

Le Préfet de Région a validé la modification de la directive territoriale d'aménagement de l'aire métropolitaine lyonnaise (DTA) sur les 20 communes de l'espace interdépartemental Saint-Exupéry. Or l'ACENAS voit ce projet d'un mauvais œil et a déposé un recours au tribunal administratif de Lyon: "Au travers de cette action en justice, l'ACENAS tient à affirmer son refus de voir bafouer les droits des populations riveraines de vivre dans un environnement sain", explique son communiqué, "Lors de l'enquête publique, 148 personnes se déplacent pour rencontrer le commissaire enquêteur, 660 observations sont recueillies dans les registres, des réserves sont émises par la commission d'enquête. Les inquiétudes des habitants concernent la concentration des nuisances aéroportuaires, routières et ferroviaires (extension à 4 pistes de l'aéroport, contournement ferroviaire CEFAL, liaison ferroviaire Lyon-Turin, autoroutes…). Il s'agit d'un refus massif d'assister à une dégradation supplémentaire de leur environnement sans aucune solution pour les populations impactées".

L'organisation estime que "Les principaux moyens mis en avant dans le recours sont l'erreur manifeste d'appréciation au niveau de la réalité des besoins d'extension de l'aéroport. Les impacts des vols de nuit sur la santé (AVC, troubles cardiaques, retard d'apprentissage), le gel du développement harmonieux de 20 communes, la non prise en compte de la centrale nucléaire du Bugey constituent des éléments supplémentaires pour l'annulation de la décision".