Voyage d’affaires, qui n’a pas (encore) sa tendance 2019 ?

Il paraît que l’impertinence est le seul remède efficace au politiquement correct. Celui qui fait parfois prendre des vessies pour des lanternes et dont, on sait désormais, qu’il ne dupe personne. Ni les acheteurs, ni les voyageurs d’affaires !

Savez vous que 47 % des voyageurs d’affaires se grattent le nez au décollage d’un avion ? Que 55 % trouvent le temps de vol trop long entre Singapour et Los Angeles et que seulement 7 % d'entre eux aimeraient être pilotes de ligne ! Ces chiffres sont issus du très sérieux cabinet d’étude IDDM*qui pour la 9ème fois consécutive analyse les comportements les plus loufoques des voyageurs d’affaires.

Vous l’aurez compris, la grande opération de communication autour des tendances 2019 du business travel est lancée. Comme pour le mois du blanc, rien n'échappe au regard des sondeurs, analystes et consultants… Généralement des fournisseurs qui aimeraient que l'on pense à eux dans l'année qui s'annonce… En contrats sonnants et trébuchants.

On le sait, chaque activité économique a ses codes, ses règles et ses méthodes de séduction commerciale . Chaque entreprise fait son « content marketing » juste ou faux, imaginé ou rapidement mesuré, dans le seul et unique but d’être lue, vue et reconnue. Une chasse à l’image et à la bonne réputation qui fait peu de victimes. Heureusement, on ne meure pas d’une crise de rire !

De BCD à Traveldoo, d'Amex GBT à CWT, la fin de l'année marque l'arrivée des boules de cristal dans le monde du voyage d'affaires. La tendance ? C'est le pain béni du communiquant. Qu'importe si elle est irréaliste, elle aura au moins le mérite de faire parler de son entreprise voire de s'inscrire dans le monde des visionnaires. Que du bénef !

Cette année encore, au-delà des prévisions chiffrées, souvent construites en fonction de ce qu'annoncent les autres (histoire de ne pas se ridiculiser), on n'échappera pas au monde des robots, aux voyages sans argent (du moins pour payer ses dépenses), aux avions électriques, à la sécurité des datas et bien évidemment à la numérisation de toutes ces fonctions via une BlockChain devenue incontournable. J'en oublie sans doute mais ces quelques exemples constituent déjà le socle de travail de ces Nostradamus de tout poil.

Cette année encore, on ira de promesses en déceptions, sans savoir réellement si ce demain deviendra réalité. C'est tout l'intérêt de la tendance qui est à l'économie du voyage d'affaires ce que la météo en été est aux vacanciers, une source d'erreurs fréquentes.

Le chant des possibles est infini. Le champ du business reste plus restreint. L'acheteur perçoit l'innovation comme un manchot face à une paire de gant... Avec méfiance.

Alors à ce jeu de la voyance, je veux apporter ma pierre. Moi aussi j'ai eu des visions pour 2019. Je vous les livre en exclusivité ici mais n'aller pas les diffuser trop largement, vous perdriez l'avance économique sur vos concurrents que je vous offre.

  • Demain le voyage d'affaires permettra aux salariés de sortir de leur entreprise pour aller ailleurs dans le monde. (Merci de ne pas trop diffuser cette info exclusive)
  • Amazon proposera des voyages d'affaires en kit (à monter soi-même) d'ici à juin prochain. Ikea va suivre mais uniquement pour la Suède
  • HOP va changer de nom pour s'appeler Air Inter. Dingue, non ?
  • Amex GBT va racheter CWT (ça c'est pas impossible)
  • Les TGV vont enfin arriver à l'heure (d'accord, j'affabule)
  • Mac Donald va vendre des voyages d'affaires et Ryanair se lancera dans le hamburger volant (faites gaffe si vous êtes assis au fond de l'avion)
  • Emirates devrait racheter tous les pays du Golf (de Saint Nom la Bretèche à ceux de Trump en Floride)
  • La Corée du Nord va adhèrer à l'AFTM
Voilà, maintenant vous ne pourrez plus dire : "je ne savais pas". Vous êtes prévenus !

Marcel Lévy

* IDDM : Institut Du Doigt Mouillé... Qui, bien évidemment n'existe pas !
Ai-je besoin de vous dire que ces propos engagement que moi et ne reflètent en aucun cas la position de la (très sérieuse) rédaction de DéplacementsPros - Merci également à Alphonse Daudet de m’avoir laissé détourner le titre de l’une de ses œuvres les plus connues