Sursis pour Aigle Azur

Aigle Azur est placée en liquidation avec poursuite d’activité jusqu’au 27 septembre.

- Publicité -

Ce lundi 16 septembre, le tribunal de commerce d’Evry a placé la compagnie aérienne en liquidation avec poursuite d’activité jusqu’au 27 septembre. Les offres de reprise présentées ce matin au tribunal ayant été considérées comme « insuffisamment satisfaisantes » par sa présidente.

Concrètement, de nouvelles offres peuvent être présentées jusqu’à ce mercredi 18 septembre à minuit et la décision du tribunal interviendra le 27 septembre. Les chiffres que les éventuels repreneurs retiendront peuvent être résumés comme suit : 1,88 million de passagers vers l’Algérie en 2018, 148 M€ de passif, 1150 salariés… et  9800 créneaux horaires.

Dans ce dossier, on sait qu’ils sont au cœur d’une âpre compétition. Mais jusqu’à quel montant les repreneurs sont-ils prêts à les estimer, pour investir dans Aigle Azur ? Sachant qu’il existe aussi un risque de voir les avions d’Aigle Azur repris par leurs propriétaires sans possibilité alors de cession de branches d’activités. Air France peut-elle prendre le risque de voir tout ou partie des 9 800 créneaux horaires d’Aigle Azur récupérés par easyJet ?  Ou de voir Cohor (l’association pour la coordination des horaires aériens), en cas de  on reprise, récupérer les créneaux horaires et les redistribuer à parts égales entres compagnies présentes à Orly et nouveaux entrants ?

On voit donc que l’enjeu dépasse le sort des 1150 salariés Aigle Azur…