Pour réduire vos coûts, pensez au paiement !

La carte logée reste la solution la plus simple pour mettre les dépenses de la commodité voyages sous contrôle mais les avantages ne s’arrêtent pas au simple paiement des prestations

Mon aéroport de proximité, je l’aime !

Pour qu’une région vive, soit attractive et autorise le développement des affaires il faut qu’elle soit connectée au monde. Tous nos voisins Européens l’ont compris et ont développé des systèmes de transport multimodaux qui ont permis à des opérateurs historiques et à de nouveaux venus de proposer des services attendus et même de prospérer. Malheureusement, le pays le plus aéronautique d’Europe (La France), reste à la traîne loin derrière ses voisins.

On l’appelait Big Brother…

Les voyageurs d'affaires connaissent tous des déboires lors des réservations de voyage. Les outils ne sont pas toujours conviviaux, ils peuvent perdre "la mémoire"  ou bien leur configuration, à cause d’une  "release" (changement de version) un peu trop brutale.

Savez-vous que le préavis nécessaire donné à votre fournisseur peut être de deux ans...

A l’aube des très nombreux changements sur le marché des déplacements d’affaires (NDC, RGPD, modification substantielle de l’actionnariat d’un prestataire et évolution financière défavorable), des décideurs peuvent vouloir changer rapidement de fournisseurs. Mais attention, si rien ne peut être reproché à la partie adverse, il faut respecter un préavis quelque soit la nature de la relation contractuelle sous peine de tomber sous le coup de l’article L442-6-I.5° du Code de commerce qui traite de la rupture brutale de relation commerciale établie.

Acheteurs, Travel Managers, mettez votre gilet jaune !

2018 vient de nous quitter et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle n’aura pas marqué les esprits par la mise en application des innovations promises… Mais ce constat est-il vraiment différent de celui des années précédentes ?

Contrat corpo ou pas ?

Beaucoup d’entre vous me demandent s’il est opportun de faire un contrat corporate avec un fournisseur (hôtelier, transporteur aérien, loueur…) ou s’il faut passer par un agrégateur. Eh bien la réponse n’est pas aussi simple que cela et dépend majoritairement de votre volume, de vos routes et surtout de votre façon de voyager.

Fournisseurs, ne soyez pas hors-jeu !

Beaucoup trop de vendeurs répondent de travers aux appels d’offres et se retrouve hors-jeu dès les premières étapes de la sélection. C’est regrettable et navrant pour les deux parties. Je vous propose donc une petite revue de ce qu’il est bon de faire et éviter lors de la réponse à un RFI/RFQ…

Un voyageur refuse d’embarquer à bord d’un 737 MAX

L’actualité vient de nous rappeler la fragilité de l’équilibre qui rend le transport aérien si sûr. Mais faut-il craindre de prendre l’avion plus qu’avant cet événement tragique ? La réponse est naturellement non car aucune partie ne prendra le risque de mettre sciemment la vie des passagers mais également l’économie de sociétés ou d’un pays en danger (pour rappel, Boeing est le premier exportateur des Etats-Unis). Mais comment réagir face à un voyageur qui refuse de prendre un vol assuré par un 737 de la famille MAX ?