Accueil La Chronique Achats De Yann Le Goff

La Chronique Achats De Yann Le Goff

Relations compagnies / agences : des effets collatéraux importants sur les acheteurs et les...

L’ECTAA vient de déposer une plainte auprès de la commission européenne et lui demande d’ouvrir une enquête pour abus de position dominante de la part de IATA. En cause, le PAP (Passenger Agency Program) et ses conditions jugées obsolètes et abusives

Et si la personne clé était… le DAF ?

Présenter un projet d’Achat ou de Travel Management (changement d’outil en ligne, changement d’agence ou même, changement de process) devant un Comité de Direction se prépare. Vous devez considérer que vous n’aurez qu’une seule et unique chance de voir votre projet approuvé. Il vous faudra donc convaincre ce comité et surtout le DAF (Directeur Administratif et Financier) qui est la personne la plus influente : il est l’œil critique du Comité qui est généralement toujours suivi par le Président Directeur Général !

Mon aéroport de proximité, je l’aime !

Pour qu’une région vive, soit attractive et autorise le développement des affaires il faut qu’elle soit connectée au monde. Tous nos voisins Européens l’ont compris et ont développé des systèmes de transport multimodaux qui ont permis à des opérateurs historiques et à de nouveaux venus de proposer des services attendus et même de prospérer. Malheureusement, le pays le plus aéronautique d’Europe (La France), reste à la traîne loin derrière ses voisins.

Nous ne voulons pas être déconnectés !

Un des premiers critères de choix imposés par les voyageurs d’affaires lorsqu’ils choisissent un hôtel est la performance de la connexion wifi. Le coût étant maintenant impérativement inclus dans le prix de la chambre. Il était donc évident que cela allait déteindre sur le marché du transport de passagers.

QFD, comment optimiser ses relations fournisseurs (partie 2)

La semaine dernière, Yann le Goff nous a expliqué comment bâtir un appel d’offres adapté aux évolutions des besoins et du marché. Il nous avait alors proposé une technique dérivée de l’approche modulaire permettant de cartographier les besoins présents et futurs et ce, quel que soit le budget de votre organisation. Voici la suite de cette série d'articles sur les achats qui connaissent un très grand succès chez nos lecteurs.

Le pouvoir aux voyageurs !

Les entreprises peuvent-elles réduire leurs budgets voyages en donnant aux employés les moyens de prendre des décisions plus intelligentes et plus économiques ?

Et si la façon de consommer prenait le dessus sur la façon d’acheter ?

Les Anglo-Saxons ont toujours un temp d’avance sur nous et sont donc intéressants à observer. Leur dernière innovation s’appelle le cashback et pourrait bien révolutionner la façon non pas s’acheter mais celle de consommer le voyage d’affaires. Mais avant de développer cette innovation, faisons un peu de vocabulaire.

Bye bye Best Buy

Tous les marchés suivent une évolution de maturité. C’est d’autant plus vrai pour les déplacements d’affaires qui abordent une nouvelle phase de développement. Mais pour bien comprendre ces évolutions, un retour dans le passé s’impose.

Plus bas que moi, tu meurs !

Pour faire face à la concurrence des transporteurs à bas coût (nos fameuses low-costs), les compagnies aériennes traditionnelles ont lancé des offres économiques dites basiques dans lesquelles quasiment tous les services sont en option. Les premiers opérateurs à mettre en place ces tarifs furent des compagnies américaines. Les Européens, dont la France, ont naturellement suivi cette évolution. C’est ainsi que l’on a vu apparaitre, chez Air France, l’Economy Light, tarif déstructuré qui permet au transporteur de proposer des vols vers la Guadeloupe à 319€ A/R TTC (ci dessous l’extraction du site internet d’Air France pour un aller sur PTP) . Mais comment les acheteurs et les chargés de voyages considèrent-ils ces offres ?

Les cryptomonnaies vont changer notre façon de travailler

Souvent associée à la chaîne de bloc (la fameuse blockchain), les cryptomonnaies seront, après la distribution, la prochaine branche qui sera élaguée et sacrifiée sur l’autel du profit.