Accueil Les Chroniques D'epsa

Les Chroniques D'epsa

Les analyses prédictives, pour quoi faire ?

L’analyse prédictive est devenue depuis quelques années un enjeu pour de nombreuses entreprises de l’industrie du voyage d’affaires. Plusieurs applications ont déjà vu le jour, que pouvez-vous en attendre ?

Concurrence ferroviaire: que se prépare-t-il ?

Dans notre industrie, lorsque les entreprises parlent d’optimisation de leurs coûts de déplacements, elles pensent en premier lieu aux tarifs aériens (bien souvent le premier poste de dépense loin devant les autres catégories), aux tarifs hôteliers (avec un manque de visibilité souvent important, en moyenne 41% de cette dépense échappe aux canaux recommandés), parfois aux tarifs de location courte durée et, fait plus récent, elles s’attaquent désormais au MICE. Mais qu’en est-il du ferroviaire ? Est-ce la cinquième roue du carrosse ?

2017 (enfin) l’année du MICE ?

Par l’acronyme anglais MICE, comprenez « Meetings, Incentives, Conventions/Congress and Exhibitions / Events ». Un sujet qui concerne de plus en plus d'acheteurs "voyage" au sein des entreprises. Un marché qui devrait être à la hausse en 2017.

Faut-il tuer les programmes hôtels ?

Les négociations annuelles avec les hôtels sont monnaie courante dans l’industrie depuis de nombreuses années. Consolidation des données, mise en place de la stratégie de négociations, construction de la liste de sollicitation, négociations, liste finale, chargement et audit : ces étapes sont connues et ont déjà été optimisées. Malgré tout, ces programmes restent chronophages et il n’est pas rare que leur valeur ajoutée soit remise en cause au sein des entreprises – par les voyageurs mais aussi par les directions achats. Pourquoi ces programmes hôtels peinent-ils tant à convaincre et comment les repenser ?

Travel management : l’ère de l’externalisation

Forts de leur connaissance accrue du marché et pressés par le contexte économique, à partir des années 2000, les travel managers ont eu pour ambition de reprendre le contrôle sur la dépense relative aux déplacements professionnels.
Pour mener à bien cette mission, ils se sont attelés à décomposer les coûts des différents fournisseurs et ainsi négocier chaque brique du travel management une à une pour obtenir une meilleure visibilité et des conditions financières plus attractives.
Néanmoins, en disséquant l’offre de chaque fournisseur et en multipliant les points d’entrée sur le marché, les travel managers ont donné naissance à un écosystème extrêmement complexe et technique dont la maîtrise devient de plus en plus compromise.

Voyage d’affaires, le poids de l’intermédiation

Le secteur des déplacements professionnels est une jungle faite de nombreux acteurs et de nombreux intermédiaires… Des hôteliers en passant par les agences de voyages, les GDS, les éditeurs de solutions T&E, les moyens de paiement, les loueurs et bien sûr, les entreprises au travers des Travel managers et des voyageurs. Difficile de s’y retrouver, c’est sûrement pour cette raison que peu de personnes s’intéressent à l’intermédiation. Mais ne perdez pas de vue que pour chaque intermédiaire, il y a un frais de service, et que celui-ci vous est souvent directement ou indirectement imputé !

Intelligence artificielle et voyage d’affaires

Jusque dans les années 90, c’est à dire au siècle dernier, planifier un déplacement professionnel se faisait essentiellement au travers de documents papier et d’échanges téléphoniques : seule l'agence de voyage disposait vraiment d'outils "technologiques" lui permettant d'accéder à l'offre des fournisseurs (hôtels, compagnies aériennes, transporteurs ferroviaires).

La recherche d’un nouveau modèle tarifaire

Chamboulé par les nouvelles technologies et l’arrivée de la génération Y dans les entreprises, le marché du voyage d’affaires est à la recherche de nouvelles sources de rentabilité. Dans ce contexte le yield management est-il encore pertinent ?

NDC – Où en est rendue l’industrie ?

« Opportunité », « changement », « choix », « protocole technique », « évolution », « innovation », « engagement » ou encore « raté », voici quelques termes que nous avons pu entendre dans le cadre de la conférence "Révolution dans la distribution, 2019 l’avènement des circuits courts".

Bleisure, un risque (probable) à maîtriser

Le Bleisure est un terme récent. Il est utilisé dans l’industrie depuis une dizaine d’années. Le bleisure, c’est la contraction de business et de leisure. Il s’agit de l’extension, à des fins personnelles et de loisirs, de son déplacement professionnel. Classique, mais non sans risques pour l'entreprise.