L’ESTA européen, entrera en vigueur fin 2023

309

Alors qu’il devait être initialement obligatoire fin 2022, l’ETIAS, l’ESTA européen, voit son entrée en vigueur reportée. Ce nouveau système de contrôle aux frontières de l’Union européenne vise à fournir des autorisations électroniques de voyage pour les voyageurs des pays tiers qui se déplacent dans l’espace Schengen. 

L’European Travel Information and Authorization System (ETIAS) est un nouveau système européen d’information et d’autorisation concernant les déplacements professionnels ou touristiques. Il concernera les voyageurs en provenance des 60 pays exemptés de visa dont le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Ces voyageurs, comme l’ESTA aux Etats-Unis, ne sera valable que pour une durée maximale de 90 jours. Grâce au précieux sésame, les voyageurs pourront ainsi circuler librement dans l’espace Schengen. Les instances européennes travaillent sur ce projet depuis 2016 qui doit permettre « de savoir qui entre dans l’UE, d’identifier les personnes représentant un risque pour la sécurité et de leur interdire l’entrée ». 

> A lire aussi : Etats-Unis : l’ESTA bientôt obligatoire pour les entrées terrestres

Alors que sa mise en application devait avoir lieu fin 2022, puis en mai 2023, elle est officiellement reportée à novembre de cette année. Une décision saluée par IATA, ERA ou bien encore ACI Europe, qui déclarent que ce nouveau système de contrôle aux frontières « changera la donne pour la gestion des frontières de l’UE », mais pointent du doigt un certain nombre de problèmes « devant être résolus pour assurer un déploiement et un fonctionnement sans heurts du nouveau système ». Selon les aéroports et les compagnies aériennes : « Le report de la mise en œuvre après la période chargée de l’été 2023 donnera aux compagnies aériennes, aux aéroports, à l’UE et aux autorités nationales la possibilité de résoudre ces problèmes et de s’assurer que le système est entièrement testé ». 

Pour rappel, l’ETIAS devra être rempli en ligne et coûtera 7 euros pour chaque demande. Une approbation automatique sera ensuite envoyée au voyageur. L’autorisation sera valable durant trois ans pour des entrées multiples sur le territoire européen.