Aérien, quel modèle low cost en Asie ?

D’ici à 2025, le trafic régional en Asie aura doublé. Avec un taux de pénétration de près de 60%, les compagnies low-cost (LCC) se sont largement développées dans la région et ce sont ces compagnies qui bénéficieront principalement de cette explosion du trafic. Pour le plus grand bénéfice des voyageur d'affaires et de leurs entreprises. Mais encore faut-il qu'elles puissent franchir certains obstacles que souligne notre observateur Matthieu Tétaud, spécialiste de l'aérien installé à Singapour.

Mobilité intelligente : quel avenir pour la France ?

Quid des mobilités dites "intelligentes" pour l'avenir de nos déplacements professionnels ? Entre transition écologique et besoins économiques, de nombreux enjeux s'additionnent. Les voyageurs d'affaires y sont sensibles mais ils ont aussi la nécessité de se déplacer. Les technologies mobiles les aident à gérer ces déplacements.

Comment décrypter le rachat de BMI par British Airways et Iberia ?

John Grant, vice-président de Networks, une division d'UBM Aviation, s'est intéressé au rachat de BMI par IAG (l'entreprise née de la fusion d'Iberia et de British Airways). Pour ce spécialiste de l'aérien " La motivation principale du rachat de bmi par IAG n'est pas simplement d'obtenir des créneaux à Londres Heathrow, mais surtout d'obtenir des créneaux d'arrivée en début de matinée, qui sont très convoités".

787, le chiffre qui fait peur aux acheteurs de déplacements professionnels

Titre volontairement provocateur mais qui n'a rien à voir avec le nouvel appareil de Boeing actuellement en proie à quelques problèmes techniques qui ont cloué au sol la flotte de cette famille d'avion depuis près de 3 mois. Non, 787 c'est le numéro de la résolution IATA qui, outre-Atlantique, à mis le feu aux poudres. Premier à réagir violemment, le BTC - aussitôt appuyé par la GBTA - a sérieusement condamné cette résolution impactant directement les acheteurs.

Suicidaires les loueurs ?

Nos confrères des Echos et de Var Matin ont fait paraître une tribune dans laquelle l’économiste Nicolas Bouzou relatait son expérience désastreuse de location d'une voiture et son exaspération quant au service obtenu

L’affrètement aérien simplifie les déplacements à des coûts maîtrisés

Le salon EBACE dédié à l’aviation d’affaires qui se termine ce jour à Genève, aura mis l’accent sur l’intérêt de ce mode de transport, souvent qualifié de cher par ceux qui ne le connaissent pas. Ces quatre jours de rencontres en Suisse auront démontré qu’affréter un appareil est loin d’être une dépense excessive pour les entreprises. Pourtant, ce marché de l’affrètement aérien est très souvent délaissé au profit des vols réguliers. La cause ? Une méconnaissance du service et des idées reçues qui persistent. C'est ce que démontre ce guide pratique.

La créativité naît-elle du travail de l’agence ou du réceptif ?

Le Mice est manifestement un sujet en plein bouleversement. Après Serge Tapia et son questionnement sur la "désintermédiation", voici le questionnement adjacent sur la nécessité de faire appel, ou non, à un réceptif. Cette fois c'est Pascal Roulland, DMC à Paris, qui a la plume qui le démange. Réflexion : la créativité naît-elle du travail de l’agence ou du réceptif ?

Savez-vous qu’il est possible de profiter d’un DIF à l’étranger ?

Apprendre une langue peut souvent passer par un stage intensif à l’étranger. Une formation qui peut être faite dans le cadre d’un DIF. Pour Damien Augier, Directeur de Boa Lingua France «Le meilleur moyen d’apprendre une langue, c’est en immersion totale». Bonne nouvelle : cet adage peut s’appliquer dans le cadre d’un DIF. Présentation de la marche à suivre.

Tribune libre : les miles, encore les miles

Pas content Monsieur X, qui souhaite garder l’anonymat, mais qui avoue sa colère face à la gestion « chaotique » de ses miles Flying Blue. De quoi donner le tournis aux meilleurs ingénieurs du monde. Et pour cause, les chiffres bougent et disparaissent ! Si, si
Comme d'habitude, ces propos n'engagent que leur auteur DéplacementsPros n'ayant ni testé, ni constaté, les faits évoqués ci-dessous..

Emirates au Vietnam, quel intérêt ?

Suite à l'article que nous avons consacré à l'ouverture par Emirates de la ligne vers le Vietnam, Pierre M. nous a fait parvenir une tribune libre sur le sujet. Tenu à un droit de réserve, nous ne citerons pas son nom, d'autant que les propos de son courriel ne sont ni agressifs, ni injurieux à l'encontre de la compagnie du Golfe. Tout au plus, il nous signale - en tant qu'acheteur voyages - qu'une simple analyse des faits et de l'offre démontrent rapidement l'inintérêt d'utiliser des compagnies extérieures à l'Europe pour aller vers des destinations accessibles en vol direct au départ de Paris ou des villes de province. Voici donc son témoignage. Nous ne l'avons ni corrigé, ni retouché, ni amendé. Bien évidemment, nous publierons avec intérêt les textes ou commentaires que nous adresseraient en réponse les compagnies citées dans ce document.